Retour

Derek Saretzky reconnu coupable de triple meurtre

Darek Saretzky a été reconnu coupable à Lethbridge, en Alberta, de triple meurtre au premier degré de la petite Hailey Dunbar-Blanchette, de son père, Terry Blanchette et de Hanne Meketech.

L’homme a aussi été déclaré coupable d'indignité envers un cadavre.

Derek Saretzky risque maintenant jusqu’à 75 ans de prison fermes, soit trois peines de prison à vie consécutives sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Le juge William Tillemen doit dévoiler si les peines seront concurrentes ou consécutives.

Les victimes

Terry Blanchette, âgé de 27 ans, a été retrouvé mort à l'intérieur de son duplex, dans la communauté de Blairmore, à Crowsnest Pass, le 14 septembre 2015.

Sa fille de 2 ans, Hailey, a ensuite fait l'objet d'une alerte Amber qui a attiré l'attention à l'échelle du pays. L'alerte Amber a été annulée après la découverte du corps de la fillette le lendemain, dans un secteur rural proche.

Le corps d’Hanne Meketech a pour sa part été découvert le 9 septembre 2015, dans sa maison de Coleman, près de Crowsnest Pass.

Les preuves

Au cours d’un long procès qui aura duré près de trois semaines, les procureurs de la Couronne ont fait appel à plusieurs preuves, dont des vidéos de l’interrogatoire de Derek Saretzky, avec les enquêteurs.

Dans ces vidéos, l’accusé a avoué être entré par effraction dans la résidence de Terry Blanchette, à Blairmore, le 14 septembre 2015, et de l'avoir tué avant d'enlever la petite Hailey de son berceau pour l'emmener dans une zone rurale, où il dit l'avoir tuée.

Dans une autre vidéo, Derek Saretzky a aussi admis aux enquêteurs avoir choisi de tuer la femme de 69 ans, une ancienne voisine, parce qu’il pensait que personne ne s’en ferait pour elle.

Lorsqu’il a été interrogé par la police, à savoir s'il avait tué Hanne Meketech pour se pratiquer avant de tuer le père et sa fille, l’accusé a répondu : « Ouais. »

Dans ses arguments de clôture lundi, l’avocat de la défense, Patrick Edgerton, a demandé aux jurés de porter une attention particulière à l’homicide d’Hanne Meketech. Selon lui, les confessions de son client par rapport à la famille Blanchette étaient pleines de détails, mais il y en avait peu quand il parlait d’Hanne Meketech, et certaines de ses informations étaient erronées.

Selon l’avocat, l'agent qui a interviewé Derek Saretzky l'a poussé à donner des réponses et l'accusé a acquiescé plutôt que de donner des détails.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine