Retour

Dernier adieu aux victimes de l’attentat à Québec

C'est devant un parterre bondé dans la plus grande salle du Centre des congrès de Québec qu'un dernier adieu a été adressé vendredi à Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry et Azzeddine Soufiane. Des messages d'espoir et de compassion ont été lancés envers toutes les personnes touchées par l'attentat qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec.

L’imam Hassan Guillet, porte-parole au Conseil des imams du Québec, a ouvert la cérémonie en prononçant une longue allocution en arabe, en français et en anglais en hommage aux victimes.

« Ce sont des étoiles qui vont nous guider vers notre avenir. »

Évoquant la tragédie causée, dit-il, par l’ignorance, il a invité la société à une prise de conscience et à passer à l’action pour construire une société meilleure.

Il a également exprimé de la compassion envers la famille du présumé meurtrier Alexandre Bissonnette. « Notre ennemi, c’est pas Alexandre Bissonnette, c’est l’ignorance. »

L'hommage s'est poursuivi avec la prière du vendredi, puis, à l’instar de la cérémonie tenue à Montréal jeudi en mémoire des trois autres victimes Abdelkrim Hassane, Khaled Belkacemi et Aboubaker Thabti, plusieurs dignitaires ont pris la parole.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a invité les citoyens à « choisir l’unité et l’amour ». Il a appelé tous les Canadiens et les personnalités publiques à poursuivre la lutte contre l’injustice et à réféchir aux paroles qui contribuent à l’exclusion.

« Il est plus que temps que les auteurs de tels discours qu’ils soient politiciens, animateurs ou autres personnalités publiques se rendent compte du tort que leurs mots peuvent causer. »

Dans un discours ponctué de paroles en arabe, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a quant à lui dit souhaiter que l’élan d’empathie et de solidarité qui s’est exprimé cette semaine soit durable.

« Je fais le vœu que la mort des six victimes laisse derrière elle un intarisssable courant d’espoir et de fraternité. »

Très émue, la maître de cérémonie, Amira Boulmerka, directrice de l’école musulmane de l’Excellence dans le quartier Montcalm, a pour sa part lancé un appel aux gouvernements pour « rétablir l’équité pour toute la société canadienne, nos enfants et nos familles. »

Un cimetière musulman à Québec

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a souligné que toute la communauté avait été touchée par la tragédie et qu’elle en ressortait « plus forte dans ses convictions, unie dans sa diversité et plus solidaire dans l’adversité. »

Le maire a profité de la tribune pour confirmer que la communauté musulmane aura son cimetière pour enterrer ses défunts. La nouvelle a été accueillie sous les applaudissements des quelque 3000 personnes présentes.

Régis Labeaume a conclu son discours en lançant un message d’amour à la communauté musulmane.

De la part de tous les concitoyens, nous vous aimons!

Régis Labeaume

L’archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix, qui assistait à la célébration, a aussi été invité à prendre la parole. Pour une seconde fois cette semaine, chrétiens et musulmans partagaient une tribune pour livrer le même message de paix.

La cérémonie, qui se déroulait selon le rite funéraire musulman, s'est terminée un peu après 15 h, après la prière aux défunts.

Les dépouilles des victimes ont ensuite été transportées et seront enterrées dans des cimetières musulmans.

L’attentat survenu dimanche au Centre culturel islamique de Québec a fait six victimes et cinq blessés graves, dont deux sont toujours dans un état critique.

Un texte de Véronica Lê-Huu

Plus d'articles