Le procès du sénateur déchu Mike Duffy a repris jeudi matin à Ottawa pour sa dernière étape. Si en août dernier l'attention était concentrée sur le rôle du bureau du premier ministre dans cette affaire, jeudi, l'attention était davantage sur les dépenses de Mike Duffy.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Une relation qui dure depuis plus de 20 ans. Voilà comment Gerald Donohue a décrit le lien qui l'unit au sénateur suspendu Mike Duffy. Celui qui comme M. Duffy a travaillé à CTV est en mauvaise santé et a donc témoigné au moyen système de vidéoconférence. Le témoignage a été ponctué de problèmes sonores.

Les compagnies spécialisées en construction Maple Ridge Media et Ottawa ICF, dont la femme de M. Donohue est propriétaire, ont reçu entre 2009 et 2012 des contrats de la part du bureau du sénateur.

La GRC en est venue à la conclusion que peu de travail a été fait par les entreprises en lien avec ces contrats totalisant près de 65 000 dollars. La police se demande en fait si ces contrats n'auraient pas permis à Mike Duffy de payer des dépenses qui auraient été jugées injustifiées ou inadmissibles par l'administration du Sénat.

Questionné par la Couronne, M. Donohue a confirmé que c'est Mike Duffy qui l'a approché pour des contrats. Il a aussi avancé que sur les près de 65 000 dollars, son entreprise a conservé 19 ou 20 000 dollars quand on tient compte de ce qui a été déduit en impôts.

La Couronne a passé en revue plusieurs chèques qui ont été signés par M. Donohue au nom de sa compagnie à différents contractants, dont une entreprise de photographie par exemple. Le procureur lui a fait constater que sur ces chèques le nom de Mike Duffy n'était pas inscrit dans le coin inférieur gauche comme il l'avait déjà déclaré dans le passé.

« Ces entreprises ont-elles fait du travail pour vos entreprises (Maple Ridge media et Ottawa ICF)? », a demandé le représentant de la Couronne. Une question à laquelle Gerald Donohue a répondu par la négative, reconnaissant toutefois que les montants liés à ces chèques étaient qualifiés de dépense par les entreprises associées à Donohue.

Gerald Donohue a aussi confirmé qu'il n'a jamais écrit de discours pour le sénateur Duffy, mais il a signé des chèques en son nom pour que certaines personnes, dont Ezra Levant, rédigent des discours pour Mike Duffy.

Le procès Duffy reprend vendredi matin, mais le reste du témoignage de Gerald Donohue est prévu pour lundi après-midi.

Frais de déplacement 

En matinée, les représentants de la Couronne et la Défense ont questionné une employée du Sénat, entre autres sur la manière de remplir des formulaires de réclamation de frais de déplacement. Un responsable des questions de télécommunications à la Chambre haute a aussi été invité à la barre, entre autres pour expliquer à quels forfaits téléphoniques et internet les sénateurs et leurs employés ont droit.

Le sénateur Mike Duffy fait face à 31 chefs d'accusation pour fraude, abus de confiance et corruption pour lesquels il a plaidé non coupable.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine