Retour

Des Américains marchent pour obtenir la « vérité » auprès de l'administration Trump

Des milliers de personnes se sont réunies dans plus de 150 villes des États-Unis pour réclamer la « vérité » relativement aux allégations d'ingérence russe – supposément en faveur du candidat républicain Donald Trump – au cours de la campagne électorale américaine.

Les participants à cette « Marche pour la vérité » répondaient ainsi à un appel lancé par diverses organisations de la société civile, qui souhaitent obtenir la création d’une « commission indépendante et transparente », mandatée expressément pour enquêter sur les liens présumés entre des responsables russes et l’entourage du président américain.

Le plus grand rassemblement a eu lieu à New York, où quelque 3000 personnes, visiblement hostiles à l’administration Trump, ont scandé des slogans tels que « Lock him up » (« enfermez-le »), une expression utilisée par Trump lui-même lors de la campagne électorale contre son adversaire Hillary Clinton.

D’autres manifestants tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Make our planet great again » (« Rendre sa grandeur à notre planète »), en référence au slogan du président français Emmanuel Macron, utilisé dans la foulée de la sortie-choc des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat, plus tôt cette semaine.

Dans une déclaration en anglais, M. Macron avait alors détourné le slogan de campagne de M. Trump « Make America great again » (« Rendre sa grandeur à l'Amérique »).

Alors que des milliers de personnes manifestaient d’un bout à l’autre du pays, d’autres ont choisi de se rendre devant la Maison-Blanche pour exprimer leur appui au président Donald Trump.

En attente de Comey

La « Marche pour la vérité » se tient tout juste avant l'audition de l'ancien directeur du FBI James Comey devant le Sénat américain.

M. Comey a été limogé par le président Trump au début mai, une décision qui a pris par surprise l’ensemble de la classe politique américaine.

Après son renvoi, James Comey s’est carrément éclipsé de la vie publique. Son témoignage, qui devrait faire une large part à l’affaire de l’ingérence russe, est fort attendu.

Le président Trump continue pour sa part de nier tout lien entre ses collaborateurs et la Russie, de même qu’une intervention ciblée de son administration contre le FBI.

L'enquête a pour l’instant été confiée à un procureur spécial, Robert Mueller, lui-même ancien patron du FBI réputé indépendant.

Des commissions du Congrès conduisent également des enquêtes parlementaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine