Alors qu'on souligne un peu partout la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer, on lance au Québec Alzheimer.tv, une chaîne web spécialisée dans les dernières nouvelles sur cette maladie. L'alzheimer touche déjà près de 15 % des Canadiens de plus de 65 ans et fait de plus en plus de victimes.

Un texte de Michel Marsolais

Les bulletins de nouvelles enregistrés dans un petit studio de Greenfield Park, sur la Rive-Sud de Montréal, feront le tour du monde. Alzheimer.tv a l'ambition de rejoindre un public international avec son bulletin web sur l'état de la recherche qui sera diffusé toutes les deux semaines.

Le projet est né dans le cerveau du neurologue Ziad Nasreddine, qui travaille sur cette maladie dégénérative du cerveau depuis des années. C'est grâce aux fonds qu'il a lui-même amassés que le projet de télé web a pu être lancé.

Ce dernier explique que la recherche sur la maladie d'Alzheimer évolue rapidement et qu'il n'est pas facile pour les chercheurs de suivre tous les développements.
Le projet vise à tenir les scientifiques à jour plus rapidement.

« Il y a des nouvelles qui sortent de partout tous les jours », dit-il.

Mais le concept présente aussi la maladie d'Alzheimer comme une énigme policière à résoudre. Cette approche permettrait de mieux stimuler les chercheurs et les amener à réagir aux travaux de leurs collègues.

« C'est un peu comme l'émission CSI. Ça va amener les chercheurs toutes les deux semaines dans une plateforme alzheimer.tv pour les inciter à dire : il faut qu'on trouve comment cette piste-là nous aide à avancer. Parfois les chercheurs sont trop concentrés dans leur domaine d'expertise. Ils ne voient pas ce qui se passe au niveau de la clinique, ils ne voient pas ce qui se passe au niveau de la radiologie, de la génétique, de la pathologie. Et tous ces éléments sont importants dans la résolution du crime », de dire le Dr Ziad Nasreddine, aussi fondateur de la Clinique de la mémoire.

Pour les deux journalistes de la nouvelle chaîne, le défi est de taille. Il y a notamment un nouveau vocabulaire à apprivoiser.

« C'est sûr qu'au niveau de la prononciation, ça prend de l'effort, mais c'est tellement fascinant que, dans le fond, j'apprends chaque jour », dit en riant la journaliste Kia Watkins

Même son de cloche du côté de l'animateur Eric Cohen. « C'est sûr que ce n'est pas facile. Il y a des mots assez longs, multisyllabiques, mais j'ai une bonne équipe ici », dit-il.

Beaucoup de recherche

Pour la journaliste Florence Tison, l'émission ne risque pas de manquer de sujets.

« Remplir un bulletin toutes les deux semaines, ce n'est pas très difficile parce qu'en ce moment il y a énormément de recherches qui se font autour de l'alzheimer. Il n'y a pas encore de traitement. Il n'y a pas non plus de diagnostic efficace. Le diagnostic des cliniciens est actuellement efficace à 85 %. On sait seulement qu'on a l'alzheimer à 100% à l'autopsie. », rappelle-t-elle.

Les journalistes peuvent toutefois s'appuyer sur un solide réseau de chercheurs.

« On a contacté au moins 18 chercheurs internationaux qui sont réputés, qui sont bien reconnus dans leur domaine d'expertise, pour leur demander de faire partie de notre équipe », de dire le Dr Ziad Nasreddine..

« Nos collaborateurs nous aident à disséquer l'information et à nous dire si la nouvelle est importante », ajoute la journaliste Florence Tison.

En raison du public international visé, Alzheimer.tv diffuse principalement en anglais, mais produit aussi des bulletins en français.

En 2011, 747 000 Canadiens (125 000 Québécois) étaient atteints de troubles cognitifs liés à la maladie d'Alzheimer ou à des maladies apparentées. On estime que d'ici à 2031, ce chiffre augmentera à 1,4 million au Canada. Plus de 70 % des personnes atteintes sont des femmes.

Plus d'articles

Commentaires