Retour

Des caméras de sécurité dans les champs de pommes de terre à l'Î.-P.-É.

La récolte de pommes de terre à l'Île-du-Prince-Édouard bat son plein et il y a une nouveauté cette année : des caméras de sécurité dans les champs.

Plusieurs producteurs sont convaincus que c'est pendant la récolte de l'automne dernier que des malfaiteurs ont inséré des objets métalliques dans des pommes de terre.

Depuis, des consommateurs aux quatre coins de l'Atlantique ont signalé la découverte d'aiguilles ou de clous dans leurs pommes de terre.

Personne n'a été blessé, mais par mesure préventive, des producteurs ont installé à grands frais dans leur entreprise des détecteurs de métal pour éviter que des pommes de terre trafiquées n'aboutissent sur les tablettes des supermarchés.

Le président de la Commission de mise en marché des pommes de terre de l'Île, Alex Docherty, est l'un des fermiers qui font une surveillance vidéo de ses champs, 24 heures sur 24.

« Nous sommes assez convaincus que c'est à ce temps-ci de l'année que ces lâches ont fait leurs basses oeuvres, l'automne dernier. Ça m'étonnerait qu'ils soient assez stupides pour recommencer, mais ce serait merveilleux de les attraper. »

Selon M. Docherty, ses caméras activées par le mouvement ont déjà permis d'intercepter quelques intrus. Il a remis les bandes vidéo aux autorités pour qu'elles fassent enquête.

Des fermiers ont aussi posé des affiches interdisant de pénétrer sur leurs terres, ce qu'ils faisaient rarement dans le passé.

La commission des pommes de terre demande aux résidents des régions rurales de l'Île, particulièrement ceux qui vivent près des terres agricoles, d'être vigilants. « Nous demandons à ceux qui voient des véhicules suspects ou des gens dans des champs alors qu'ils ne devraient pas y être de nous contacter, de contacter les propriétaires des champs ou la GRC », demande Alex Docherty.

La commission offre une récompense de 100 000 $ à quiconque lui offre de l'information qui mène à une arrestation.

Plus d'articles

Commentaires