Retour

Des centaines de douaniers manifestent à Montréal

Des centaines de douaniers ont manifesté jeudi à l'aéroport Montréal-Trudeau pour protester contre les compressions budgétaires du fédéral, qui compromettent, selon eux, la sécurité des Canadiens.

Les manifestants de l'Alliance de la fonction publique du Canada du Syndicat des douanes et de l'immigration dénoncent la suppression de 1100 postes ces deux dernières années, des compressions qui ont non seulement miné les effectifs des agents des services frontaliers, mais aussi ceux des maîtres-chiens et des enquêteurs.

Les protestataires s'insurgent également contre l'introduction de bornes de Contrôle frontalier automatisé (CFA). Par voie de communiqué, le syndicat explique que l'Agence des services frontaliers du Canada a introduit des bornes de CFA aux aéroports de Montréal, de Toronto et de Vancouver en 2013.

Ces bornes peuvent lire un passeport et une carte de déclaration douanière, mais elles ne détectent pas pour autant les fausses déclarations, fait valoir le syndicat.

« Les machines ne font pas le travail » - Jean-Pierre Fortin

« À maintes reprises, il y a des gens qui sont rentrés au pays qui n'auraient pas dû [...] », affirme M. Fortin, qui ajoute que, certes, les passagers vont voir un agent mais ce dernier n'a pas le temps de poser des questions; il ne fait que remettre les documents. « Le problème : il n'y a pas assez de personnel et ces machines-là ne font pas le travail », déplore le président national du Syndicat des douanes et de l'immigration.

« Les gens peuvent le constater par eux-mêmes, quand vous rentrez au pays, les guérites sont très rarement occupées pleinement par nos agents parce qu'il n'y a pas le nombre d'agents suffisants », dit encore M. Fortin.

Selon l'Alliance de la fonction publique du Canada, le nombre de saisies a diminué de 25 % depuis l'installation de ces bornes à Montréal-Trudeau. Le gouvernement canadien a étendu l'utilisation de ces bornes aux Américains et souhaite le faire pour d'autres ressortissants étrangers, fait encore savoir le syndicat.

Des manifestations étaient aussi planifiées mercredi aux aéroports de Toronto Pearson et de Vancouver.

En pleine campagne électorale fédérale, les syndiqués disent attendre des partis qu'ils précisent leur position sur la question de la sécurité.

En mai dernier, une enquête menée par CBC révélait que les douaniers canadiens n'ont pas tous les outils nécessaires pour arrêter les criminels qui veulent entrer au Canada. D'après les résultats de l'enquête, les agents de première ligne n'ont pas accès, par exemple, au Centre d'information de la police canadienne, qui regroupe les casiers judiciaires et les mandats d'arrêt.

L'agence canadienne des services frontaliers avait alors rétorqué que les agents de première ligne disposent d'un outil pour vérifier si le passeport des voyageurs a été perdu, volé ou s'il a fait l'objet d'une fraude. L'agence dit se fier également à la formation de ses agents pour remarquer les voyageurs suspects et les envoyer à l'inspection secondaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine