Retour

Des centaines de médecins discutent de l'aide médicale à mourir

L'aide médicale à mourir est à l'ordre du jour de la 148e assemblée annuelle de l'Association médicale canadienne (AMC), qui a lieu cette semaine à Halifax.

Les dirigeants de l'AMC discutent de plusieurs enjeux en matière de santé au Canada, mais l'attention est surtout tournée vers la question de l'aide médicale à mourir et de la façon d'encadrer cette pratique.

En février, la Cour suprême du Canada a dit oui à l'euthanasie, mais il faut encore fixer les balises de cette pratique.

Les gouvernements fédéral et provinciaux n'ont plus que quelques mois pour se préparer à la transition historique.

Les participants à l'assemblée sont appelés à se prononcer sur un cadre réglementaire provisoire. Cela servira à orienter l'élaboration de la politique de l'AMC sur la question.

« Il faut passer dans la pratique quotidienne, comment on va faire ça, quels sont les critères, quels vont être les mécanismes de contrôle, évidemment pour s'assurer qu'il n'y a pas de dérapage », explique le Dr. Pierre Harvey, porte-parole de l'AMC.

Selon un sondage réalisé au Québec, 75 % des médecins se disent prêt à aider un patient à mettre fin à ses jours.

Pierre Harvey souligne qu'il y reste cependant des défis. « Qu'est-ce qu'on fait lorsque le médecin auquel on demande ce soin-là le refuse », dit-il.

Engendrer une discussion de société

L'AMC invite également les Canadiens à se préparer aux changements à venir. Pierre Harvey encourage les gens à discuter de cette question avec leurs proches.

« Par exemple, votre père ou votre mère qui est âgée et fragile sur le plan cardiaque ou pulmonaire, s'entendre avec elle ou lui, est-ce qu'elle veut être réanimée si elle fait un arrêt cardiaque? Si elle fait une pneumonie sévère, qu'elle se retrouve aux soins intensifs, est-ce que c'est son souhait », demande Pierre Harvey.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Les 10 poisons les plus puissants





Rabais de la semaine