Retour

Des changements aux frontières facilitent l'interception des criminels

De nouvelles méthodes de vérifications de sécurité permettent désormais aux douaniers canadiens d'intercepter un plus grand nombre de personnes faisant l'objet d'un mandat d'arrêt non exécuté.

Les agents qui travaillent en première ligne aux frontières canadiennes ont désormais accès, depuis novembre 2015, à une banque de données du Centre d'information de la police canadienne. Des révélations du module d'enquête de CBC ont contribué à donner accès à ce répertoire aux douaniers.

CBC avait révélé que des criminels pouvaient se faufiler à travers les mailles des filets parce que les douaniers en première ligne ne pouvaient accéder à cette banque. C'est ainsi qu'un individu accusé d'agression sexuelle au Canada avait pu rentrer au pays sans être inquiété.

La situation semble toutefois avoir été corrigée, ce qui permet aux douaniers effectuant les premières vérifications sur les voyageurs d'avoir accès à ce registre policier. Des statistiques récentes obtenues par CBC montrent que les douaniers ont ainsi intercepté 1800 voyageurs qui faisaient l'objet de mandats d'arrêt dans le seul premier mois de l'utilisation de la banque de données.

Bien que de nombreux mandats d'arrestation concernaient des infractions mineures, dont certaines pour d'importantes amendes, le quart étaient reliés à des affaires criminelles qui ont conduit à des procédures ultérieures, selon l'Agence canadienne des services frontaliers.

Dans certains cas, ces vérifications ont permis de mettre le grappin sur des individus qui échappaient aux policiers depuis longtemps.

En mars, ils ont notamment arrêté un homme accusé d'incendie criminel ayant causé la mort, à Woodstock, en Ontario. Jeyakumar Shanmuganathan, 43 ans, a été intercepté à l'aéroport international Pearson de Toronto après avoir fui le Canada en 2011. Il a été arrêté en tentant de rentrer au pays. Les douaniers l'ont identifié, ont constaté l'existence d'un mandat d'arrêt non exécuté et l'ont arrêté.

Une femme a également été arrêtée, le mois dernier, en tentant d'entrer au Canada après un vol en provenance de la Jamaïque. Elle avait omis de se présenter en cour pour répondre à des accusations de fraude déposées à Barrie, en Ontario, en 1996. Elle échappait ainsi à la justice depuis 20 ans.

La directrice du Centre canadien pour les ressources aux victimes d'actes criminels, Heidi Illingworth, s'attend à ce que le nombre d'arrestations augmente avec l'intensification de l'utilisation du registre de la police.

« C'est une bonne chose puisque des victimes réclament justice même plusieurs années après la commission des crimes, explique-t-elle. Les autorités peuvent enfin entamer des procédures afin que les individus qui ont causé des torts soient tenus responsables de leurs actes. »

Des douaniers satisfaits

Les données auxquelles ont désormais accès les douaniers de première ligne n'étaient accessibles qu'aux douaniers qui faisaient des vérifications plus approfondies.

Les individus recherchés devaient tout d'abord attirer l'attention du douanier de première ligne qui pouvait, si les individus suscitaient sa suspicion, l'envoyer à ses collègues de deuxième ligne. Ce n'est qu'au cours de cette deuxième vérification qu'ils étaient interceptés.

Le syndicat des douaniers a effectué des pressions auprès du gouvernement pour permettre aux douaniers de première ligne d'avoir accès à ces outils.

Auparavant, les douaniers n'avaient parfois aucune idée de l'identité des individus qu'ils laissaient entrer sur le territoire, selon le porte-parole du syndicat, Jean-Pierre Fortin. 

Un rapport du Sénat publié en 2015, soit avant l'entrée en vigueur des nouveaux outils, révèle que quelque 44 000 personnes se trouvaient illégalement sur le territoire canadien. Le rapport précisait que, dans plusieurs cas, les autorités avaient perdu leur trace.

Les sénateurs ont donc réclamé des vérifications plus rigoureuses sur les visiteurs et les immigrants qui entrent au Canada.

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine