Retour

Des citoyens contestent le plus gros projet éolien au Québec

Un demi-milliard de dollars d'investissements, 400 emplois créés, des éoliennes presque deux fois la hauteur de l'édifice de Radio-Canada à Montréal, le plus grand projet éolien en développement au Québec est impressionnant sur papier et, sur la terre ferme, il suscite de nombreuses questions chez des citoyens du Bas-Saint-Laurent. 

Ils ont été nombreux, lundi soir, à exprimer leurs doutes et leurs inquiétudes à l'ouverture des consultations du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le projet de Parc éolien Nicolas-Riou dans les MRC des Basques et de Rimouski-Neigette. Selon le BAPE, une centaine de personnes étaient présentes au chalet du Parc du Mont-Saint-Mathieu où se tenait la rencontre. 

Nombreuses craintes

Un résident de Saint-Mathieu, Bernard Vachon, a résumé les craintes exprimées par plusieurs en parlant des impacts potentiellement négatifs du projet sur la flore et la faune du secteur. Il a également parlé des nuisances visuelles que représenteront, selon lui, les 68 éoliennes de 3,3 MW chacune même si la plupart seront plutôt éloignées de lieux habités.  Monsieur Vachon a également évoqué des risques pour la santé en raison du bruit produit par les éoliennes. 

Le Club Appalaches rappelle ses droits

Le président du Club de chasse et de pêche Appalaches, Denis Lepage, est intervenu dès le début des audiences pour dire que le parc éolien pourrait perturber les activités des chasseurs et pêcheurs. Il a parlé de préjudices importants et irrévocables pour les utilisateurs. Mais M. Lepage a surtout insisté pour rappeler les droits que possède ce club privé sur ce territoire et sur les activités qui s'y déroulent. 

À l'opposé, les promoteurs du parc éolien ont vanté les mérites de ce projet. L'un d'eux, le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, a rappelé qu'il s'agit du plus important partenariat public-privé dans le domaine éolien. EDF, Électricité de France, possède 50 % de la coentreprise qui gèrera le parc éolien et l'autre 50 % est la propriété des huit MRC du Bas-Saint-Laurent et de la Régie intermunicipale de l'énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. 

Selon M. Lagacé, les partenaires publics encaisseront 6,6 millions de dollars annuellement en redevances et en profits tout au long des 20 ans d'exploitation de ce projet.

Plaidoyer éolien

Au cours des discussions, le président des audiences, l'ancien journaliste Louis-Gilles Francoeur, a fait dire à un porte-parole du ministère des Ressources naturelles que l'électricité produite par les éoliennes coûte sensiblement le même prix que celui de l'électricité produite par les nouveaux barrages comme celui à venir de La Romaine. Ce même porte-parole a indiqué que le potentiel éolien au Québec était 12 fois supérieur à celui du potentiel hydro-électrique.

Les audiences du BAPE se poursuivent mardi au Parc du Mont-Saint-Mathieu.

Plus d'articles

Commentaires