Retour

Des « déserts » de services de garde en Ontario et en Saskatchewan

Saskatoon, en Saskatchewan, ainsi que Brampton et Kitchener, en Ontario, sont les villes qui ont le moins de places en garderie réglementées au Canada, selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives.

Dans ces villes, seul un enfant sur quatre ou cinq a accès à un service de garde agréé.

Situation inverse au Québec

La situation est inverse à Charlottetown, la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard, et dans la région de Montréal, par exemple, où plus de 70 % des enfants d’âge préscolaire ont accès à une place dans un service de garde réglementé.

Le Centre canadien de politiques alternatives souligne que ces villes se trouvent dans des provinces qui régissent les frais de garde.

L'étude ne tient pas compte des centres non autorisés puisqu'on ne dispose d'aucune liste des places disponibles dans de tels centres à travers le Canada.

À Toronto

Il n'existe qu'un peu plus de 46 000 places réglementées à Toronto pour plus de 109 000 enfants de moins de quatre ans.

À l'intérieur même de la ville, il existe de grandes disparités entre le centre-ville et les secteurs en périphérie.

Dans la région de Vancouver

Tout comme à Toronto et ses banlieues, il existe des disparités importantes, selon l'étude, en matière de services de garde réglementés dans la région de Vancouver.

Surrey, par exemple, a l'un des taux de couverture les plus faibles (25 %) au pays.

Un financement fédéral offert aux provinces et territoires sur dix ans devrait mener à la création de 9700 nouvelles places au cours des trois prochaines années. Ces places cibleront notamment les communautés négligées à ce chapitre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle