Retour

Des dizaines de manifestants anti-Trump arrêtés à Washington

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Washington, vendredi, pour manifester leur opposition au président Donald Trump. Les policiers ont procédé à l'arrestation d'au moins 217 personnes.

Des manifestants opposés au président Donald Trump se sont heurtés à un important contingent de policiers.

Les protestataires, certains vêtus entièrement de noir, ont fracassé les vitrines d'un établissement bancaire et de commerces. Ils ont renversé des poubelles et lancé des projectiles aux forces de l'ordre.

Les policiers antiémeute les ont pourchassés et aspergés de gaz poivré. Deux agents ont subi des blessures mineures et des voitures de police ont été endommagées.

Les manifestants arrêtés passeront la nuit en détention avant de comparaître samedi devant un tribunal, a précisé le chef intérimaire de la police de Washington, Peter Newsham.

Les services de l'ordre demeurent toutefois aux aguets et continuent de surveiller les diverses célébrations qui ont lieu cette nuit.

Pas moins de 28 000 policiers sont déployés dans les rues de la capitale.

Pour l'ensemble de la fin de semaine, les autorités ont accordé près d'une centaine d'autorisations pour la tenue de manifestations. Mais il y a fort à craindre que d'autres groupes se mettent de la partie.

Les opposants au nouveau président défendent diverses causes qu'ils affichent sur des banderoles. Ils prônent la protection de l'environnement, la lutte contre les changements climatiques, la défense de la liberté ou encore la libération des territoires palestiniens.

Certains manifestants affichent aussi des messages signifiant « Rejetez, résistez », « La marionnette orange de Poutine » et « Rage contre la mort de nos droits ».

Les femmes se mettent en marche samedi

Une marche de protestation, destinée à promouvoir les droits des femmes, est également planifiée dans la journée de samedi. Cette manifestation pourrait rassembler un demi-million de personnes dans la capitale américaine.

Des marches semblables auront lieu dans 161 autres villes du monde, sur tous les continents.

Des craintes autour des ambassades et consulats américains

Les ambassades et les consulats américains, dans au moins 10 pays d’Asie d’Europe et d’Amérique latine, ont lancé des mises en garde contre d’éventuelles expressions de violence dans les jours qui suivront l’assermentation du président Trump.

Les missions diplomatiques américaines au Chili, au Danemark, en France, en Grèce, en Haïti, en Italie, aux Pays-Bas, au Paraguay, au Portugal et aux Philippines ont affiché des avertissements aux ressortissants américains dans ces pays. Elles leur conseillent de ne pas se trouver dans les environs des ambassades et des consulats vendredi, et, dans certains cas, le reste du week-end.

Les notes d’avertissement font état de possibles manifestations visant les politiques américaines, dans la foulée de l’investiture du président Trump.

Toutefois, tant à Berlin qu'à Bruxelles ou à Londres, vendredi, le calme régnait. Seules quelques centaines de personnes se sont rassemblées dans chacune de ces villes pour exprimer leur désapprobation à l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

À Tokyo, des centaines de personnes se sont rassemblées; il s'agissait surtout de ressortissants américains fâchés de voir Donald Trump accéder à la présidence. À Moscou, en revanche, des gens ont célébré son assermentation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine