Retour

Des employés de la santé suspendus pour des autocollants

Les directions des Centres intégrés de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie ont déposé des plaintes à la Sûreté du Québec (SQ) pour vandalisme le 13 octobre. Des syndiqués ont posé des autocollants et certains employés ont même été suspendus.

Un texte de Martin Toulgoat

Les employés de la fonction publique et parapublique de la Gaspésie participaient alors au mouvement de grèves tournantes pour dénoncer les compressions imposées par le gouvernement Couillard et la lenteur des négociations avec Québec.

Malgré tout, le CISSS de la Gaspésie ne se dit pas contre les moyens de pression.

« Nous on est parfaitement en accord avec les moyens de pression qui sont reconnus, légiférés dans le contexte des négociations, mais on ne considère que le vandalisme et les méfaits font partie de ces moyens-là, » ajoute Michel Bond.

Des événements similaires sont survenus à l'hôpital de Matane et à celui de Rimouski. Mais il n'y aurait pas eu de mesures disciplinaires, selon le CISSS du Bas-Saint-Laurent. Des plaintes ont toutefois été déposées à la police.

Des gestes d'intimidation, disent les syndicats

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux CSN, il s'agit d'un régime de terreur qu'on ne retrouve pas ailleurs au Québec.

La présidente de la CSN du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre, n'était pas au courant que des plaintes avaient été déposées à la SQ. Elle précise que ses membres participaient à l'« opération placardage » qui avait lieu dans plusieurs milieux de travail dans la province. Elle croit que la réaction est exagérée, car les collants étaient enduits d'une colle spéciale qui ne devait pas faire de dommage.

Le président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux, Michel Cyr, fait partie des employés suspendus. Il y voit de l'intimidation de la part de la direction du CISSS de la Gaspésie.

« On a voulu passer un message au ministre Barrette par l'entremise de la PDG du CISSS de la Gaspésie, Chantale Duguay, explique-t-il. Mais ça n'a pas marché, c'est plutôt passé dans les mains de la SQ. »

Selon la CSN, huit syndiqués seraient touchés par des mesures disciplinaires ou par des suspensions, mais le CISSS de la Gaspésie refuse de confirmer cette information, qui est de nature privée, selon la direction.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine