Retour

Des facteurs de Postes Canada ne sont pas obligés de livrer des dépliants anti-avortement

Les six facteurs de Postes Canada, à Saskatoon, qui refusent de livrer des dépliants anti-avortement du groupe pro-vie Canadian Centre for Bio-ethical Reform (Centre canadien pour des réformes bioéthiques) ne sont pas obligés de le faire, selon la présidente de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP).

Mme Julee Sanderson dit qu'à la suite d'un compromis trouvé avec Postes Canada, trois autres facteurs ont été autorisés à se porter volontaires à la place de leurs collègues pour distribuer ces brochures controversées.

Les dépliants du Centre canadien pour des réformes bioéthiques, où l'on peut voir les images de foetus ensanglantés aux côtés du chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, sont distribués dans la ville depuis mercredi.

Une première circulation a déjà été assurée par les membres du groupe en juin. Le groupe anti-avortement dénonce la position pro-choix des libéraux, dont le chef a fait savoir l'an dernier que les opposants à l'avortement ne seront plus les bienvenus comme candidats de son parti lors de la prochaine campagne électorale.

Dans un message adressé à Radio-Canada mercredi, la société d'État soutenait qu'elle était obligée de livrer les brochures aux citoyens canadiens.

« Nous sommes responsables de la livraison physique de tout le courrier au Canada. Légalement, nous n'avons pas le droit de refuser de livrer un article de courrier même si nous désapprouvons son contenu ou si d'autres s'y opposent. Toute personne qui a des préoccupations au sujet du contenu devrait contacter l'expéditeur ou jeter l'article », a affirmé le porte-parole de Postes Canada, Phil Legault.

Une employée récalcitrante reste toutefois passible de mesures disciplinaires pour avoir expliqué aux membres des médias son refus de livrer les brochures.

Un rare compromis

Julee Sanderson affirme que la décision de Postes Canada est un rare compromis entre la société d'État et ses employés. « En discutant du contenu et de la nature choquante des dépliants [...] certains facteurs pleuraient et étaient très inquiets de ce qu'ils devaient faire », dit-elle sur le désarroi de six travailleurs des postes par rapport à la perspective de livrer les dépliants.

L'entente conclue entre Postes Canada et le STTP prévoit que les dépliants seront livrés aux citoyens dans des enveloppes scellées et au cas échéant ils seront renvoyés au groupe.

Les dépliants distribués normalement par des membres du groupe pro-vie Canadian Centre for Bio-ethical Reform ont déjà fait l'objet d'une controverse en juin lorsqu'un résident de Saskatoon a déposé une plainte formelle à l'encontre de l'organisation pour les avoir fait circuler dans le cadre d'une campagne anti-avortement. Robert Rudechyk a qualifié le contenu visuel des dépliants de « dérangeant. »

Plus d'articles

Commentaires