Retour

Des grévistes du Vieux-Port campent sur leur lieu de travail

En grève depuis la fin du mois de mai, une vingtaine d'employés du Vieux-Port de Montréal ont érigé un campement de fortune au coeur du quartier historique montréalais pour rappeler leur existence à leur employeur.

Les syndiqués du Vieux-Port ont planté leurs tentes devant le 333, rue de la Commune Ouest, jeudi soir. Les grévistes travaillent notamment à la billetterie, aux ventes et en éducation au Centre des sciences, de même qu'à l'entretien, au stationnement, à la sécurité et à la patinoire du Vieux-Port.

« L'idée est de rappeler à l'employeur qu'on est des employés du Vieux-Port, qu'on est présents, que ça fait plus de 100 jours qu'on est en conflit de travail, et qu'on aimerait que ça se règle », explique l'un d'entre eux, Nicolas Desalliers.

Les 279 syndiqués de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) qui travaillent au Vieux-Port réclament un rattrapage salarial et des congés de maladie payés pour ceux qui n'en ont pas.

La Société du Vieux-Port réplique de son côté que seulement 108 travailleurs sur les 279 qui sont en grève, soit 39 % d'entre eux, n'ont pas de congé de maladie.

« On demande un rattrapage salarial parce que nous sommes largement sous-payés comparativement aux métiers similaires dans la région de Montréal et du Québec », dit Nicolas Desalliers. « On prévoit rester ici plusieurs jours », poursuit-il.

Les employés demandent d'être payés au moins 15 $ de l'heure, alors que le médiateur propose une hausse de 12 % sur une période de cinq ans, une proposition qui a l'appui de la direction.

« Nous considérons que la recommandation du médiateur de 12 % d'augmentation pour cinq ans, de même qu'une indexation des structures salariales de 1 % par année, est plus que raisonnable dans le contexte économique actuel », a déclaré la directrice des communications de la Société du Vieux-Port, Sophie Morin.

La convention collective des travailleurs du Vieux-Port est échue depuis le 31 mars dernier. Les négociations ont commencé le 17 février, avant que les syndiqués déclenchent la grève le 27 mai. Depuis, les activités du Centre des sciences, de la plage de l'Horloge et du port L'Escale sont perturbées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine