Retour

Des groupes environnementaux et des syndicats réclament un ALENA plus vert

Des représentants d'une trentaine d'organisations demandent à Ottawa de s'assurer que la prochaine mouture de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) dispose de clauses environnementales plus strictes. Ces groupes entendent profiter du sixième cycle de négociations qui se déroule à Montréal pour se faire entendre.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Dans une déclaration consultée par Radio-Canada et qui sera rendue publique sous peu, des organisations comme Greenpeace, la CSN, la CSQ et la FTQ soulignent des aspects de l'ALENA qu'elles jugent problématiques en matière d'environnement.

Les organismes donnent en exemple le chapitre 11 de l'accord initial, qui permet à des entreprises de poursuivre des gouvernements, notamment en lien avec leurs politiques en matière de protection de l'environnement.

Cette clause de l'ALENA a déjà été utilisée contre le gouvernement canadien. En fait, en vertu du chapitre 11, Ottawa a été trois fois plus poursuivi que le Mexique et six fois plus que les États-Unis.

Selon nos informations, ce thème, particulièrement sensible à la table des négociations, doit être abordé cette semaine.

Mentionner l'Accord de Paris?

Par ailleurs, dans leur déclaration, les représentants des différents groupes demandent aux négociateurs canadiens d'intégrer des références à l'Accord de Paris sur le climat dans le texte de l'ALENA.

L'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, qui a été signé en 2016, mentionne par exemple que « la mise en œuvre de l'Accord de Paris constituera une importante responsabilité » des pays membres.

Selon Patrick Bonin de Greenpeace, il faut aller encore plus loin, puisque les clauses de l'accord conclu entre le Canada et l'Union européenne à ce sujet ne sont pas contraignantes.

Selon nos informations, au cours des cycles précédents de négociations de l’ALENA, les équipes canadiennes ont tenté d'inclure des références, même indirectes à l'Accord de Paris.

Elles ont essuyé des refus de la part des représentants des États-Unis. Le président Donald Trump a après tout annoncé en juin 2017 que son pays se retirait de l'Accord de Paris.

En plus de leur déclaration, plusieurs groupes organisent un rassemblement sur le thème de l'environnement, qui se déroulera samedi à Montréal, en marge du sixième cycle de renégociation de l'ALENA.

Plus d'articles