Retour

Des groupes s'opposent à des forages de TransCanada dans la baie de Fundy

Des groupes communautaires s'opposent à des forages que l'entreprise TransCanada va bientôt effectuer au fond de la baie de Fundy dans la région de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

L'entreprise se prépare à recueillir des échantillons de sol et de roches avec une barge, dont l'équipement de forage est en cours d'assemblage dans le port de Saint-Jean.

Les échantillons sont requis dans le cadre de la demande soumise par TransCanada à l'Office national de l'énergie pour la construction de l'oléoduc Énergie Est. Cet oléoduc transportera du pétrole de l'Ouset canadien jusqu'à Saint-Jean.

Une coalition de 22 groupes communautaires menée par le Conseil des Canadiens dit avoir envoyé une lettre à TransCanada, à l'Office national de l'énergie et aux gouvernements pour s'opposer au projet.

Lynaya Astephen, porte-parole du groupe Red Head Anthony's Cove Preservation Association, demande l'arrêt des travaux. Elle souligne que les travaux progressent, alors que l'Office national de l'énergie n'a pas encore décidé si des membres de son groupe allaient avoir le statut d'intervenant dans le processus. Elle dit aussi que son groupe aurait dû être consulté au préalable.

Mme Astephen explique que son groupe s'interroge sur les permis de l'entreprise, le bruit des forages, la circulation, l'impact sur l'environnement. Elle se demande aussi si les communautés autochtones ont donné leur accord.

TransCanada se veut rassurante

Tim Duboyce, un porte-parole de TransCanada, affirme que les forages ne seront pas très incommodants. Ils ne feront pas beaucoup de bruit, assure-t-il. Il explique qu'il s'agit simplement de connaître la composition du sol et des couches rocheuses au-dessus desquelles il y aura possiblement des travaux de construction. Selon lui, la coalition déforme les faits.

« Quand on parle des puits ou des forages d'exploration, on parle comme si on était en train d'aller faire de l'exploration pour du pétrole. Ce n'est pas ce type de barge du tout dont on parle. Les travaux à venir sur l'éventuel site du terminal maritime qui va faire partie du projet Énergie Est, ce sont des forage afin de déterminer c'est quoi exactement la composition du fond de la baie à cet endroit-là pour qu'on puisse préparer les plans pour l'éventuelle construction de cette installation. C'est tout à fait normal comme activité », explique M. Duboyce.

Tim Duboyce précise que les travaux de forage de 9 millions de dollars vont durer trois semaines, si les conditions météorologiques y sont favorables. L'entreprise ne renoncera pas à son projet.

« Pas du tout parce qu'on a les permis requis. On a la lettre d'autorisation qui est requise de la part de Transports Canada. Donc, tout est fait de la règle de l'art et on n'a rien à se reprocher quant à notre façon de procéder », estime M. Duboyce.

Tim Duboyce ajoute qu'un comité de liaison communautaire créé par l'entreprise avait été informé du projet de forage le mois dernier.

Plus d'articles

Commentaires