Retour

Des médecins étrangers refusés, des postes en résidence laissés vacants

Une forte proportion de médecins formés à l'étranger ont de nouveau été refusés cette année par les facultés de médecine québécoises, même si de nombreux postes de résidents sont vacants.

Un reportage de Sophie Langlois

La dermatologue Sanaa Nasrallah a 13 ans d'expérience en Syrie et en Arabie saoudite à titre de médecin. Arrivée au Québec en 2010 avec son mari et leurs trois enfants, elle a étudié le français et préparé ses examens, qu'elle a réussis haut la main.

Mme Nasrallah a obtenu son équivalence de diplôme en 2015 et a fait une demande pour un poste de résidente en médecine familiale. Mais comme pour la majorité des médecins étrangers, sa demande a été refusée à deux reprises.

Pourtant, cette année, 65 places étaient offertes pour des médecins formés à l'étranger. Seulement 42 d'entre eux ont obtenu un poste. Ainsi, 23 postes auraient pu être offerts à des médecins étrangers.

Dans la province, 44 postes de médecins résidents demeurent vacants, dont 41 en médecine familiale.

Sanaa Nasrallah est étonnée. Pourquoi refuser autant de demandes, alors que de nombreux Québécois n'ont pas de médecin de famille, s'interroge-t-elle? Comment expliquer à ses enfants pourquoi elle étudie sans arrêt pour devenir médecin, alors qu'elle l'est déjà?

Les facultés de médecine expliquent qu'il s'agit d'une question de compétence, et non de discrimination. « Leur capacité à entrer dans un programme d'une formation généraliste lorsqu'ils ont exercé pendant 20 ans dans une spécialité ne les habilite pas de la même façon que les autres qui postulent », explique le Dr Rénald Bergeron, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine du Québec.

En 2013, la Commission des droits de la personne du Québec affirmait dans un rapport que les facultés de médecine faisaient de la « discrimination systémique » à l'endroit des médecins étrangers.

Une situation jugée inacceptable par le ministre de la Santé Gaétan Barrette. « Ce n'est pas vrai que les universités du Québec vont avoir des places libres, non utilisées, parce qu'on juge qu'une personne qui a son équivalence, parce qu'elle vient d'un autre pays [...], qu'on ne la prendra pas. Ce n'est pas un argument. »

Il y a quelques semaines, le ministre a déclaré que les quatre facultés de médecine du Québec, qui refusent plus de 80 % des médecins étrangers souhaitant pratiquer dans la province, devront s'expliquer.

Malgré les nombreux obstacles, la Dre Nasrallah n'abandonne pas son rêve de pratiquer un jour au Québec, même si elle doit aller en régions éloignées ou nordiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine