Retour

Des milliards de litres d'eaux usées déversés dans les cours d'eau canadiens en 2015

Plus de 205 milliards de litres d'eaux usées et non traitées ont été déversés dans les cours d'eau et océans canadiens l'an dernier, soit l'équivalent de plus de 80 000 piscines olympiques.

En vertu des nouveaux standards établis par le gouvernement conservateur en 2012, les municipalités ont jusqu’en 2020 pour mettre en place des procédés de traitements pour venir à bout des résidus solides et du matériel organique dissous.

Celles qui traitent déjà leurs eaux usées, mais qui ne respectent pas la nouvelle réglementation, ont jusqu’à 2030 ou 2040 pour instaurer les mesures appropriées, sous peine de se voir imposer des amendes salées.

Malgré ces nouvelles règles, des données d’Environnement Canada montrent que le volume d’eau usée dans les cours d’eau du pays a augmenté de 1,9 % depuis 2014, après une légère amélioration entre 2013 et 2014.

Tandis qu'en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario et au Nouveau-Brunswick la situation s’est améliorée, elle s’est détériorée en Colombie-Britannique, au Manitoba ainsi qu’à Terre-Neuve et Labrador.

Environnement Canada précise cependant que certaines augmentations peuvent en partie s’expliquer par des rapports plus précis ou par de fortes pluies.

Des chiffres alarmants

Cette piètre performance s'expliquerait par le manque de financement et des délais de conformité trop longs, selon l’ingénieure en environnement à l'organisme juridique sans but lucratif Ecojustice, Elaine MacDonald

« Ces chiffres sont alarmants. Il y a évidemment beaucoup d’eaux usées non traitées qui entrent dans l’environnement », s’indigne-t-elle.

Pour sa part, la chef du Parti vert du Canada croit que la situation ne risque pas de s’améliorer avec les changements climatiques, qui s’accompagnent de pluies fortes.

« Notre infrastructure de traitement des eaux usées est désuète et conçue pour un climat différent », explique Elizabeth May.

Des investissements insuffisants

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, souligne que les eaux usées non traitées sont l’une des plus grandes sources de pollution des rivières et des océans au Canada.

« Les règles ont été amenées par le gouvernement précédent, mais elles ne sont pas accompagnées des investissements dont les municipalités avaient besoin pour mettre leurs systèmes à jour », explique la ministre, dont le mandat comprend la protection des eaux douces.

Elle souligne que le gouvernement libéral de Justin Trudeau s’est engagé à investir deux milliards de dollars pour la mise à jour des infrastructures de traitement des eaux usées.

La Fédération canadienne des municipalités estime toutefois qu’il faudrait augmenter ces investissements à 18 milliards de dollars pour permettre aux municipalités d’atteindre les nouveaux standards.

Pour sa part, l’ex-ministre de l’Environnement, Peter Kent, qui a introduit la nouvelle réglementation en 2012, soutient que le gouvernement conservateur de l’époque avait prévu des investissements en infrastructures, mais que les municipalités ont décidé d’en user autrement. « Trop de municipalités n’ont pas accordé [aux eaux usées] le traitement mérité », affirme-t-il.

D’après des informations de CBC News

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine