Retour

Des milliers d'Espagnols manifestent pour « l'unité » et « le dialogue »

Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies à Madrid samedi afin de manifester contre l'indépendance de la Catalogne, pendant que d'autres manifestants installés devant la mairie de plusieurs villes espagnoles réclamaient le dialogue intergouvernemental.

Selon le bureau du représentant du gouvernement conservateur à Madrid, ils étaient 50 000 à s'opposer au mouvement indépendantiste catalan.

Les partisans de l'unité espagnole sont aussi appelés à participer à une grande manifestation dimanche à Barcelone.

Les militants en faveur du dialogue étaient de leur côté plusieurs milliers à s'être réunis devant la mairie madrilène vêtus de blanc.

La même initiative a aussi rassemblé plusieurs milliers de personnes devant la mairie de Barcelone. Valence, Saragosse et Valladolid, entre autres, ont également participé au mouvement.

Indépendantistes pour le dialogue

Des membres du gouvernement séparatiste catalan disent vouloir donner une dernière chance au dialogue avec le gouvernement espagnol avant de déclarer l'indépendance de la région autonome.

« Nous devons nous accorder une autre chance, peut-être la dernière. […] Nous pouvons tous nous calmer et nous donner l’opportunité de ne pas prendre de décisions hâtives, pour voir comment nous pouvons arriver à un dialogue serein », a déclaré Santi Vila, le responsable des entreprises au sein du gouvernement catalan, à la radio Cadena SER, vendredi.

Cet appel à la prudence du camp séparatiste catalan arrive après que certaines des banques et des entreprises les plus importantes de la région ont annoncé le déménagement de leur siège social ailleurs en Espagne.

Santi Vila affirme qu’il est contre une déclaration unilatérale d’indépendance pour le moment et qu’il aimerait voir la création d’un comité d’experts catalans et espagnols qui pourrait travailler pour parvenir à résoudre la crise.

Il a aussi indiqué qu’il aimerait que le gouvernement central espagnol redonne à la Catalogne les pouvoirs qui lui ont été enlevés depuis quelques semaines, dont le contrôle d’une grande partie de ses finances.

Il n’est pas certain toutefois que M. Vila parlait au nom de l'ensemble du gouvernement catalan, qui a annoncé plus tôt cette semaine qu’il comptait annoncer l’indépendance en début de semaine prochaine.

Une session parlementaire au sujet de la déclaration de l'indépendance devait d'abord être tenue au parlement de Barcelone vendredi, mais a été reportée à lundi, puis à mardi, moment où le chef du gouvernement régional, Carles Puigdemont, doit s’adresser aux députés.

Les Catalans ont dit oui à 90 % à l'indépendance dimanche dernier, lors d’une journée marquée par de multiples interventions policières, parfois brutales, visant à empêcher la tenue du vote.

Le taux de participation n’a cependant été que de 42,3 %.

Personne n’est pressé

Selon notre collaborateur spécial en Espagne, Pierre Cayrol, on sent tant du côté de Barcelone que de Madrid que les politiciens veulent prendre leur temps.

D’abord chez les indépendantistes, qui sont en désaccord entre eux, puisque « les purs et durs » veulent une proclamation unilatérale de l’indépendance, alors que les autres, dont le chef du gouvernement catalan, espèrent le dialogue, dit-il.

Il note que le fait que l’ancien président catalan ait déclaré que « l’important n’est pas la date de la proclamation de l’indépendance, mais la façon dont on va la faire », est un signe important des intentions des autorités catalanes.

Selon lui, toutefois, le fossé tend à s’approfondir entre les Catalans et les Espagnols à cause « du durcissement de Madrid, qui ne propose rien, qui ne suggère rien et qui acceptera le dialogue seulement si les Catalans renoncent en premier lieu à l’indépendance ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine