Retour

Des objectifs de financement de 150 000 $ pour des superministres

EXCLUSIF - Radio-Canada a appris qu'en 2009, l'objectif de financement fixé par le Parti libéral du Québec (PLQ) pour certains ministres comme Nathalie Normandeau, Sam Hamad, Tony Tomassi et Raymond Bachand n'était pas de 100 000 $, mais bien de 150 000 $. 

Un texte de Marie-Maude Denis animatrice de l'émission Enquête

Ce fut long avant que le secret ne soit ébruité. « Depuis que je suis ministre, c'est 100 000 $ par année [que je dois amasser] », avait déclaré l'ancien ministre Norman MacMillan en 2009, le premier à le dire publiquement.

L'ex-ministre des Transports, Julie Boulet, et l'ex-responsable du financement du PLQ, Violette Trépanier, avaient d'ailleurs été longuement interrogées sur cette question à la commission Charbonneau.

« Le 100 000 $, je l'ai appris quand M. MacMillan l'a annoncé publiquement », avait affirmé Julie Boulet, soutenant qu'elle ignorait tout de cet objectif fixé par son parti.

« En 2007, on a uniformisé. On aurait pu prendre d'autres méthodes, mais il avait été décidé de donner un objectif égal à tous [100 000 $] », avait quant à elle expliqué Violette Trépanier.

Ce que cette dernière n'a pas dit, c'est qu'en 2009, selon un document du PLQ dont nous avons obtenu copie, quatre ministres et un député avaient un objectif de financement beaucoup plus élevé, soit de 150 000 $.

Parmi eux, c'est Lawrence Bergman, député de D'Arcy McGee, qui a amassé la plus grosse somme : 215 000 $, soit 143 % de son objectif en 2009. D'Arcy McGee, dans l'ouest de Montréal, est l'une des circonscriptions où les libéraux récoltent les plus fortes majorités.

Tony Tomassi, alors ministre de la Famille, arrive deuxième au classement. Il a recueilli un peu plus de 164 000 $ dans sa circonscription de Lafontaine, à Montréal. En 2008, alors qu'il n'était même pas ministre, il avait réussi à recueillir 134 000 $, soit 269 % de son objectif, qui était alors de 50 000 $.

Troisième au classement : Sam Hamad, alors ministre de l'Emploi et du Travail et député de Louis-Hébert, à Québec. Il a recueilli un peu plus de 156 000 $, 104 % de l'objectif de 150 000 $. Pourtant, l'année précédente, il n'avait réussi qu'à atteindre 80 % de son objectif beaucoup plus modeste de 100 000 $.

Raymond Bachand, qui était député d'Outremont en 2009, circonscription éternellement libérale, a recueilli 146 000 $ et n'a donc pas atteint son objectif de 150 000 $.

Et malgré tout ce qu'on a dit du financement de l'ex-ministre et ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, elle a amassé 115 000 $, et n'a pas donc pas atteint son objectif de 150 000 $ en 2009.

Un « document de travail », répond le PLQ

Pourquoi cette information n'a jamais été révélée? Qui a fixé cet objectif et comment ont été choisis les élus qui devaient recueillir 150 000 $? Nous avons posé la question au PLQ, qui nous a répondu par courriel qu'il ne s'agissait que d'un « document de travail ».

« Nous émettons l'hypothèse que vous faites référence à un document de travail datant de 2009-2008 qui malheureusement n'a pas été partagé avec nous », a précisé le porte-parole libéral, ajoutant qu'« aucun objectif fixé par le comité exécutif n'a dépassé 100 000 $ ».

« À cette époque, le comité exécutif avait fixé un objectif de 25 000 $ pour un comté sans député, de 25 000 $ supplémentaires pour un comté à député, et d'un objectif variant de 25 000 $ à 50 000 $ additionnel pour les comtés à ministre. »

Le document interne du PLQ dont nous avons obtenu copie :

Plus d'articles

Commentaires