Retour

Des patients de Haida Gwaii peuvent contacter leur médecin par texto

Un projet pilote mené par un médecin de l'archipel Haida Gwaii, en Colombie-Britannique, permet à des patients de texter leur équipe de soins de santé pour obtenir des informations sur leur état de santé.

Le projet, mené par le docteur Tracey Morton de la clinique de Queen Charlotte, va plus loin que les lignes d’appel téléphonique d’infirmière.

« Avec ce projet, les gens peuvent parler de leur problème de santé spécifique et leur équipe de soins de santé aura accès à leurs informations médicales. Alors nous connaissons en gros leur historique de santé », soutient-il.

Le projet accueille toute personne intéressée à le tester, selon le docteur Tracey Morton. Les gens qui souffrent de maladies chroniques, comme du diabète ou de la haute tension, trouveront ce service plus utile, dit-il.

De leur côté, les équipes de santé tenteront de répondre au courant de la journée aux textos tout en inscrivant les nouvelles informations à la fiche médicale du patient.

« Nous imaginons un usage de ce service de la part de personnes souffrant de diabète, par exemple, qui pourront partager leur état de santé lorsqu’ils commencent un nouveau traitement ou simplement comment ils se sentent », explique M. Morton.

Une inspiration kenyane

Le docteur Tracey Morton s’est inspiré du projet de son ami et collègue, le docteur Richard Lester de l’Université de la Colombie-Britannique, qui a mis sur pied un système similaire pour des patients atteints du VIH au Kenya.

Ces patients avaient un accès limité à des services en personne, mais avaient tous un cellulaire. Grâce aux textos, ils pouvaient recevoir un meilleur suivi de leur infirmière.

« Ils ont remarqué une amélioration chez les gens qui commençaient des traitements contre le VIH, qui peuvent être compliqués à gérer et qui comportent plusieurs effets secondaires », soutient le docteur Morton.

À Haida Gwaii, un archipel reculé, l’accès aux soins de santé peut représenter un défi, en raison du manque de ressources et du fait que certaines personnes vivent éloignées des centres urbains. « Dans certaines cliniques, les patients peuvent attendre plusieurs semaines avant de voir leur médecin », avance Tracey Morton.

Il ne souhaite pas que ce programme remplace les services d’urgence, mais souhaite simplement fournir une expérience plus plaisante aux patients. Le service est en place depuis le 1er avril.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine