Retour

Des « Pokémon vivants » comme animaux de compagnie

En Colombie-Britannique, de plus en plus d'axolotls –ces petits amphibiens colorés aux formes étranges et à l'aspect gluant que l'on compare à des Pokémon- sont adoptés comme animaux de compagnie.

George Sebastian, qui possède et élève des axolotls depuis trois ans et demi, est membre de la petite communauté grandissante des propriétaires de ces mini dragons d’eau.

« Les gens disent toujours que c’est la chose la plus mignonne qu’ils aient jamais vue ou bien la plus moche », raconte-t-il, se plaçant évidemment lui-même dans le premier groupe.

Utilisés pour la recherche scientifique

Originaire du Mexique, l’axolotl –aussi connu sous le nom de salamandre mexicaine- ne se trouvait que dans une poignée de lacs avant d’être importé en grand nombre au Canada à des fins de recherches scientifiques. Les chercheurs étudient l’incroyable capacité de l’animal à régénérer ses branchies et ses organes.

Certains axolotls ont même été modifiés génétiquement afin de briller dans le noir, ce qui a également mené à sa popularité grandissante auprès du grand public. L’amphibien a, ainsi, commencé à faire son apparition sur des forums en ligne ou encore sur des groupes Facebook. Il est possible de s’en procurer sur Craigslist, Kijiji et même dans certains magasins d’animaux.

George Sebastian confirme la tendance, affirmant qu’on lui demande de plus en plus souvent des informations sur ces « Pokémon vivants » : « Ça devient très courant. Les gens commentent des photos qu’ils voient passer sur les réseaux sociaux en demandant où ils peuvent en acheter ».

Un permis difficile à obtenir

Bien qu’il soit aisé de trouver des axolotls, ces amphibiens sont soumis à des restrictions sévères en Colombie-Britannique, dont George Sebastian a récemment entendu parler.

La province possède des lois parmi les plus strictes en matière d’animaux exotiques au Canada et impose aux propriétaires d’axolotl d’obtenir un permis avant de pouvoir adopter. Selon un porte-parole du ministère des Forêts, des Terres et des Ressources naturelles, toute espèce tombant dans la catégorie des Ambystomatidae, comme les axolotls, requiert un permis.

Rebekah Breder, avocate spécialisée sur les questions animales, affirme que le document est difficile à obtenir. « On part du principe que posséder un animal exotique est interdit. De là, obtenir le permis ne peut pas se faire en 24 h », explique-t-elle.

L’avocate pense que l’animal est tout de même populaire tout simplement parce que le gouvernement n’a pas le temps ni les ressources pour appliquer la loi à ce sujet, préférant mettre l’accent sur l’éducation.

Elle recommande aux gens de ne pas succomber à la tendance afin de laisser cet animal dans son environnement naturel, plutôt que dans un aquarium.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine