Retour

Des quantités inquiétantes de mercure emprisonnées dans le pergélisol de l'Arctique

Des chercheurs américains viennent de découvrir que la fonte du pergélisol laisse échapper une source importante de mercure dans l'écosystème arctique,

Près de 57 millions de litres de mercure seraient contenus dans le pergélisol de tout l'Arctique circumpolaire, réparti au Canada, en Alaska, enSibérie et dans le plateau tibétain, en Chine.

« Il faut s'en inquiéter », admet l'auteur Kevin Schaefer. « C'est une quantité phénoménale. »

Des données enfouies dans le sol

L'étude publiée dans le journal scientifique Geophysical Research Letters se base sur l'analyse statistique de 13 carottes glaciaires, prélevées en Alaska entre 2004 et 2012.

Il y a 10 fois plus de mercure dans le pergélisol que tout le mercure produit par la combustion du charbon ces 30 dernières années, ajoute Kevin Schaefer.

Le mercure devient dangereux pour l'humain sous la forme du méthylmercure. Les chercheurs ne savent toutefois pas quelle quantité de méthylmercure se trouve dans le pergélisol.

Une menace pour l'alimentation des communautés arctiques

Le mercure est un polluant naturel qui s'accumule dans les végétaux. Quand ceux-ci meurent, le mercure s'échappe dans le sol et se retrouve emprisonné dans le pergélisol. Quand le pergélisol fond, le mercure peut de nouveau être absorbé par des végétaux.

Si le mercure se trouve sous forme de méthylmercure, toute la chaîne alimentaire s'en trouvera touchée. La toxicité au mercure peut causer des problèmes neurologiques ou des malformations congénitales.

Le fleuve Yukon particulièrement touché

Kevin Schaefer s'est intéressé à la question après s'être aperçu que des échantillons d'eau du fleuve Yukon contenaient jusqu'à 33 fois plus de mercure que les échantillons de 8 autres cours d'eau du monde auxquels il les a comparés.

« Le processus de fonte est probablement déjà entamé, et c'est pour cette raison qu'on trouve ces niveaux [de mercure] parce que le fleuve Yukon traverse des [zones] de pergélisol continues et discontinues. »

Les résultats préoccupent le Yukon River Inter-Tribal Watershed Council. « C'est une grande inquiétude pour les communautés rurales qui dépendent de sources de nourriture de subsistance comme le saumon », affirme la directrice scientifique, Edda Mutter.

Toutefois, plus d'informations sont nécessaires, rappelle Mme Mutter, avant de pouvoir déterminer si ce mercure est une menace pour la santé humaine ou non. Il faut d'abord déterminer s'il se présente sous forme de méthylmercure.

Le pergélisol, ce grand inconnu

Kevin Schaefer affirme que la communauté scientifique en sait très peu sur l'impact de la fonte du pergélisol sur l'environnement. « Jusqu'à tout récemment, il y avait très peu de [connaissances] sur ce que contenait le pergélisol depuis un millénaire. »

Le chercheur entend maintenant établir des modèles de prévision de fonte du pergélisol pour évaluer la quantité de mercure qui pourrait s'en échapper et définir la région qui est le plus à risque.

Le scientifique rappelle tout de même que le mercure est inoffensif tant qu'il demeure gelé.

À l'heure actuelle, le pergélisol fond plus rapidement que ce que les chercheurs observaient il y a 15 ans, souligne Chris Burn, de l'Université de Carleton. Il étudie le pergélisol du nord-ouest du Canada, la région la plus touchée au pays par le réchauffement climatique.

D'après les informations de CBC/Jackie McKay

Plus d'articles