Retour

Des résidents d'Ahuntsic-Cartierville s'opposent à la création d'un lieu de culte musulman

Afin de se conformer à la réglementation de son arrondissement, un centre communautaire d'Ahuntsic-Cartierville a fait une demande pour devenir aussi un lieu de culte pour musulmans. Le conseil d'arrondissement a accepté la demande, mais des résidents du secteur s'y sont opposés et ont demandé la tenue d'un référendum. La question sera tranchée par un oui ou par un non.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

À Montréal, des centres communautaires sont en fait des lieux de culte, que ce soit pour des musulmans, des bouddhistes ou même des chrétiens. Rue Legendre Ouest, dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, un centre communautaire fait aussi office de lieu de culte où de nombreux musulmans se rendent pour se rencontrer, mais aussi pour prier.

Le centre souhaite respecter les normes établies par la Ville et avoir le statut de lieu de culte.

« On est bien ici. On est bien établis depuis déjà trois ans. C'est près de chez nous. On se sent en sécurité. Je ne vois pas pourquoi on changerait de place », dit Rachid, qui espère que les résidents du secteur autoriseront le changement de statut de leur centre.

Hassna, une autre habituée du centre, abonde dans le même sens. « Tout ça, c'est vraiment pour mes enfants. J'ai trois enfants qui fréquentent le centre », explique-t-elle.

Le oui de l'arrondissement

Tel qu'on peut le lire dans les documents mis en ligne par l'arrondissement le 3 juin 2015, les membres du comité consultatif d'urbanisme ont recommandé l'approbation du projet tel que présenté. Le conseil d'arrondissement l'a par la suite adopté à l'unanimité.

Le conseiller municipal du district Saint-Sulpice d'Ahuntsic-Cartierville, Pierre Desrochers, a visité le centre communautaire qui veut obtenir le statut de lieu de culte. « Ils ont été de très bonne foi. On a eu l'occasion de visiter le local, de jaser, de discuter avec les gens », affirme-t-il.

Le non de résidents

Mais le changement de statut n'est pas passé comme une lettre à la poste. Des résidents ont demandé la tenue d'un référendum sur la question. « L'arrondissement veut aller chercher un tas de votes. Ils pensaient qu'on ne verrait rien, mais non », déclare Nicole Vermette, qui a distribué des dépliants invitant les citoyens du secteur à voter non.

Sur son compte Facebook, Mme Vermette se revendique du Comité des citoyens vigilants d'Ahuntsic. Le 23 octobre 2015, elle écrit entre autres : « Nous avons redemandé une enquête de police pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'islamistes, demande à laquelle ni la police ni l'arrondissement ne s'est donné la peine de répondre. »

Au total, 132 personnes ont signé le registre de l'arrondissement pour demander la tenue d'un référendum. « Je ne peux pas vous dire s'il y a un risque réel, mais le danger, c'est ça. Les gens sont inquiets ici », soutient un autre opposant au changement de statut, Yvan Richard.

Peur de quoi?

Parmi les musulmans qui se rendent au centre, on comprend difficilement les craintes de certains résidents du quartier. « Les gens du voisinage, ils acceptent et ils prennent même le risque de nous louer leur appartement, mais lorsqu'il s'agit de pratiquer notre propre culte, là, il y a le danger, note Rachid. Il n'y a pas de risque, c'est juste dans leur tête. »

Une rencontre

Pour établir un meilleur dialogue, le centre communautaire de la rue Legendre tiendra une journée portes ouvertes le samedi 4 juin prochain, soit la veille du référendum qui aura lieu le dimanche 5 juin. Si les résidents du secteur où se tiendra le référendum rejettent la résolution autorisant les usages de lieu de culte, les musulmans qui fréquentent le centre pourraient être obligés de le déménager.

Plus d'articles

Commentaires