Retour

Des résidents permanents canadiens perdent leur carte Nexus

Le décret du président Donald Trump sur l'interdit de séjour aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane fait des victimes indirectes au Canada. Les résidents permanents canadiens originaires de ces pays ont perdu leurs cartes Nexus et Expres, qui permettent de passer rapidement les douanes.

C'est ce qu'a confirmé l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à CBC, citant le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis.

Les sept pays concernés sont l’Irak, la Syrie, la Libye, la Somalie, le Soudan, le Yémen et l’Iran.

L'agence ajoute que les cartes Nexus et Expres des citoyens canadiens qui détiennent la double nationalité avec les pays visés par le décret n’ont pas été annulées.

Pourtant, le 3 février, au moins sept citoyens canadiens détenant la double citoyenneté affirmaient que leur carte Nexus ou Expres avait été révoquée à la suite du décret du président Trump.

Les détenteurs de cartes Nexus ont accès à des voies réservées à la frontière, ce qui leur permet d’éviter les files d’attente.

Selon l’ASFC, le Canada et les États-Unis déterminent indépendamment l’admissibilité au programme Nexus. Le fait qu’un pays accepte une candidature ne garantit pas l’acceptation par l’autre pays, dit l’ASFC par courriel. Cela étant, une candidature doit être acceptée par les deux pays pour devenir officiellement membre Nexus.

L’ASFC encourage les voyageurs à utiliser leur passeport canadien, « le seul document d’identification universellement accepté ».

Plus d'articles