Retour

Des rires, des pleurs et beaucoup d’amour : l’Alberta rend hommage à 4 Broncos de Humboldt

Plusieurs centaines d'Albertains se sont rassemblés à la Place Rogers pour rendre hommage à quatre jeunes de la région d'Edmonton tués dans l'accident d'autocar de l'équipe des Broncos de Humboldt.

Un texte de Tiphanie Roquette

L’un après l’autre, les familles, les amis et les proches des quatre jeunes ont défilé sur la scène parsemée de fleurs jaunes et vertes : les couleurs des Broncos de Humboldt.

Ils ont tenté l’exercice cruel de résumer en quelques mots la vie et la personnalité de ces jeunes athlètes.

À grand renfort d’anecdotes de sport, de saynètes de famille et de mauvaises blagues, ils ont montré à quel point ces adolescents ont marqué leur entourage de leur amour, de leur gentillesse et de leur humour.

« Ce n’était pas juste des joueurs de hockey, mais quatre jeunes personnes qui jouaient au jockey », a conclu le pasteur de l’équipe des Broncos, Sean Brandow.

La douleur des familles

Les familles ont aussi décrit l’incompréhension qui les touche depuis la tragédie.

« Depuis onze jours, nous cherchons en nous pourquoi », a résumé le président de l’équipe de hockey Kevin Gardiner.

La soeur de Jaxon Joseph a expliqué que depuis l’accident, elle passe dans sa tête des scénarios qui commencent tous par « et si » et qui se terminent avec une fin heureuse.

« Je vis mon pire cauchema », a lancé le père de Logan Hunter, Lawrence Hunter. « J’ai ressenti de la colère, du deuil, de la peine et de l’amour ».

Collés l’un à l’autre comme pour partager leur force, les parents de Jaxon Joseph ont exprimé la même douleur indescriptible. « La semaine dernière a été la plus difficile que tout parent aura à vivre », ont décrit Chris et Andrea Joseph.

Un déversement d’amour

Les deux parents de Jaxon Joseph ont aussi pris le temps de remercier les premiers secours et tous les gens qui ont travaillé fort sur cet accident tragique.

« Si la mort de mon frère a permis d’unir le monde, je vais devoir accepter [son décès] », a affirmé sa soeur Taylor Joseph.

À la fin de la cérémonie, les frères et soeurs des quatre jeunes se sont alignés sur scène et l’un après l’autre, ils ont remercié tous les membres du public qui avaient adressé leur soutien par des messages, des dons, par un bâton de hockey laissé devant une porte ou en portant un chandail.

Ils ont aussi ajouté à quel point ils étaient maintenant unis dans leur douleur et faisaient partie d’une même famille.

Se tenant épaule contre épaule, ils ont aussi demandé à tous d’apprécier les petits moments de la vie et de rester positifs

Jaxon Joseph

Jaxon Joseph, joueur de 20 ans, était un des meilleurs compteurs de la ligue depuis le début des séries.

C’était aussi un enfant charmant, aimant et gentil, ont décrit ses parents Chris et Andrea Joseph. Rejoindre les Broncos lui avait permis de trouver une nouvelle famille.

Le jeune homme aimait titiller son frère et sa soeur en disant qu’il était le préféré de la famille.

Le père de Jaxon Joseph a aussi décrit un jeune homme qui vivait ses premiers amours. Deux jours avant la tragédie, l’adolescent avait dit à sa petite amie qu’il l’aimait.

Parker Tobin

Est-ce la personnalité qui attire le joueur au poste de gardien de but ou l’inverse? La question a été posée par Barb Potter, l’amie de la famille de Parker Tobin, alors qu’elle évoquait la personnalité de celui qui était le gardien de but des Broncos.

Le jeune adolescent avait ainsi pris pour habitude d’enfiler des chaussettes hautes, des shorts courts et de porter un bandeau sur la tête en cours d’éducation physique pour faire le clown.

L’humour se paraît aussi d’une très grande intelligence pour celui surnommé « Tobs » ou « Teacher Tobin ».

Logan Hunter

Logan Hunter, le jeune ailier droit pour l’équipe des Broncos, était un garçon extrêmement athlétique. Il réussissait chaque sport qu’il se mettait en tête de pratiquer, a décrit son père Lawrence.

Il excellait ainsi au hockey, mais aussi au golf l’été.

Tous ses amis et ses proches ont décrit aussi l’esprit espiègle du jeune de 18 ans connu pour son sourire en coin. Dans une lettre adressée à son fils, sa mère a raconté les nombreuses blagues et manigances que son fils concoctait à longueur de journée.

Stephen Wack

Surnommé Wacker, le jeune de 21 ans était originaire de St-Albert et jouait comme défenseur pour les Broncos.

Le hockey ne définissait cependant pas la vie du jeune adulte. Passionné de vidéographie, une caméra go pro toujours à la main, Stephen Wack pouvait passer des heures à monter ses productions, ont décrit ses amis. La cérémonie commémorative a aussi montré à quel point il était doué.

Justin Wack a expliqué à quel point son frère appréciait les petits bonheurs de la vie et savait toujours rester positif. « Nous allons surmonter cette tragédie et en sortir plus fort. C'est comme ça que Stephen vivait et c'est comme ça qu'il voudrait qu'on se souvienne de lui », a-t-il conclu.

Plus d'articles