Retour

Des signes encourageants pour le béluga secouru au Nouveau-Brunswick

Un organisme environnemental qui observe les déplacements dans le fleuve Saint-Laurent du béluga secouru la semaine dernière au Nouveau-Brunswick vient de constater des signes encourageants.

Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) suit de près les déplacements du béluga grâce à une balise installée sur lui. Ces derniers jours, l'animal s’était déplacé vers l’aval jusqu’aux environs de Saint-Fabien, mais il vient de changer de direction.

« Cette fois-ci, il a pris le large. Il s’est déplacé directement vers le large à près de 10 ou 12 kilomètres. Ça nous indique que l’animal nage activement. Ce n’est pas seulement le courant qui le déporte », souligne Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM.

Robert Michaud précise que les bélugas plongent pour se nourrir, ce que semble faire de plus en plus celui-ci, étant donné le changement noté dans la fréquence de transmission des données de la balise.

« Chaque fois que le béluga vient en surface, il y a un signal qui est envoyé au satellite. Comme notre béluga semble passer beaucoup de temps en surface, il utilise son budget de signaux assez rapidement. Chose encourageante : hier soir, la fenêtre de transmission s’est allongée un peu, ce qui pourrait vouloir dire que notre béluga passe un peu moins de temps en surface. C’est ce qu’on souhaite, en fait. Si on veut que le béluga se nourrisse, il devra plonger. La nourriture n’est pas toujours disponible à la surface », explique Robert Michaud.

Le GREMM exprimait ces derniers jours une certaine inquiétude au sujet de la capacité du béluga à nager et à se rétablir et il ne semble toujours pas tiré d'affaire.

« La partie n’est pas gagnée pour ce jeune béluga. Ça pourrait prendre des semaines avant qu’il se rétablisse », estime Robert Michaud.

Le directeur scientifique du GREMM ajoute que son équipe va tenter de se rendre sur place, si les conditions météorologiques sont propices, pour observer le béluga en personne. On espère ainsi avoir d'autres indications sur son état de santé.

Plusieurs organismes gouvernementaux et environnementaux ont participé, le 15 juin, au sauvetage du béluga qui était bloqué dans la rivière Nepisiguit. Le mammifère marin a été capturé et transporté dans son milieu naturel, le fleuve Saint-Laurent.

Il s’était retrouvé dans la rivière néo-brunswickoise, près de Bathurst, pendant une période de marées hautes, mais la faible profondeur des eaux l’empêchait ensuite de regagner l’océan­.

Plus d'articles

Commentaires