Retour

Des travailleurs chinois payés en deçà du salaire minimum à Toronto

Un taux horaire moins élevé que le salaire minimum, aucune compensation pour les heures supplémentaires, pas de congés payés : près de 200 employés chinois de restaurants de la région de Toronto font état d'une litanie de violations des lois sur le travail dans un nouveau rapport.

De l'étude compilée par l'organisme Metro Toronto Chinese and South Asian Legal Clinic ressortent de nombreuses similitudes quant au sort de ces travailleurs chinois, qui sont souvent de nouveaux arrivants parlant peu ou pas du tout anglais.

Avvy Go dit que la plupart des travailleurs sont payés en argent, la moitié par chèque. 

Aucun restaurant n'est nommé dans le rapport, question de protéger l'identité des travailleurs sondés, qui craignent de perdre leur emploi si leur nom est révélé.

Le groupe avait fait une étude similaire il y a trente ans et dit que la situation a peu changé depuis.

L'organisme Metro Toronto Chinese and South Asian Legal Clinic demande plus d'inspections de la part du ministère ontarien du Travail.

Problème « pris au sérieux »

Avvy Go affirme que son organisme a fait part de la situation au ministère du Travail dans le passé. Le ministère répond qu'il prendre la question « très au sérieux ».

Le ministère souligne qu'il multiplie les inspections-surprises, tout en ajoutant que la loi protège contre toute sanction un employé qui fait valoir ses droits.

Pour sa part, l'organisation Restaurants Canada dit que la « vaste majorité » des restaurateurs sont de « bons employeurs », mais que si certains établissements violent la loi, « nous sommes en faveur d'un coup de filet et [de l'imposition] des pleines sanctions prévues dans la loi ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine