Retour

Deux autres jours de grève dans le milieu scolaire de Montréal et Laval

Des milliers d'élèves du primaire, du secondaire et des cégeps des régions de Montréal et de Laval ont congé de cours en ce début de semaine en raison des deux journées de grève - lundi et mardi - décrétées par les employés du secteur public.

Les 114 045 membres du Front commun de la grande région de Montréal poursuivent leur mobilisation afin d'exprimer leur désaccord envers les offres du gouvernement libéral de Philippe Couillard dans le cadre du renouvellement des contrats de travail dans le secteur public.

Les grévistes tiendront des lignes de piquetage devant leur établissement scolaire respectif avant de visiter leurs collègues du secteur de la santé qui tiendront, quant à eux, des lignes de piquetage devant leurs établissements. Les services essentiels seront toutefois maintenus.

Ces deux journées de grève touchent également les cégeps André-Laurendeau, Saint-Laurent, Ahuntsic, Maisonneuve, Vanier, Montmorency, John Abbot, Marie-Victorin, Dawson, Rosemont, Gérald-Godin, Vieux-Montréal et Bois-de-Boulogne.

Contre-offre au gouvernement mercredi

Les syndicats membres du Front commun entendent présenter mercredi une contre-offre au gouvernement Couillard dans le cadre des négociations sur le renouvellement des conventions collectives des employés de l'État.

Cette contre-offre, que le syndicat promet d'être « significative », sera une réponse aux dernières offres de Québec dévoilées le 6 novembre dernier par le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux.

C'est ce qu'a affirmé ce matin la vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque, qui est aussi responsable des négociations.

Les grèves tournantes du Front commun touchent aujourd'hui et demain Montréal et Laval. Si aucune entente n'est conclue, des journées de grève auront lieu les 1er, 2 et 3 décembre prochains simultanément dans toutes les régions du Québec.

À la recherche d'une entente négociée

Les négociations se poursuivent entre le gouvernement et le Front commun du secteur public en dépit du mouvement de grève qui continue de se faire sentir.

Alors que les nouvelles offres déposées par le gouvernement le 6 novembre dernier n'ont pas été jugées satisfaisantes par les syndicats, le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, qualifie de son côté les demandes des syndiqués d'irréalistes.

« Nous voulons vraiment lutter contre l'appauvrissement de nos membres », a déclaré la vice-présidente de la CSN responsable des négociations, Francine Lévesque, en entrevue à Radio-Canada. « On veut également assurer une certaine parité des droits, une certaine parité de la rémunération avec l'ensemble des travailleurs et travailleuses du Québec, et 75 % de femmes qui travaillent dans les réseaux publics les portent à bout de bras. »

Au moment où la fin de la session parlementaire approche à grands pas, Mme Lévesque croit toujours qu'une entente négociée est possible. « Quand il y a une réelle volonté de négocier, quand le gouvernement donne des mandats à ses porte-parole à la table de négociations, il y a moyen de faire avancer la négociation rapidement. Nous avons toujours été disponibles à la table, on a répondu présent à chacun des appels du gouvernement. »

L'appui des parents

Les enseignants continuent d'obtenir l'appui des parents malgré les journées de grève qui les forcent à jongler avec leurs horaires et le gardiennage des plus jeunes, selon la vice-présidente aux communications du comité de parents de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Ève Kirlin.

Elle-même mère de quatre enfants, Mme Kirlin soutient que le comité exécutif du comité de parents consulte les 160 membres - un représentant par école de la CSDM - afin de connaître l'état d'esprit dans chacun des milieux. Mme Kirlin estime à plus de 75 % le niveau d'appui tant envers les enseignants que du personnel de soutien.

« [Les parents] voient le manque de services, voient les endroits où les services ont été coupés, particulièrement au niveau des parents où les enfants ont des besoins particuliers. C'est encore plus mobilisé et encore plus mobilisant pour eux. »

Les conventions collectives des employés du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine