Des bateaux et des hélicoptères de l'armée philippine quadrillent les environs d'une station balnéaire de l'île de Samal, dans le sud des Philippines, où quatre personnes, dont deux Canadiens, ont été enlevées par des hommes armés lundi soir. Le rapt n'a pas été revendiqué.

Selon la police locale, les victimes sont les Canadiens John Ridsdel, 68 ans, Robert Hall, 50 ans, une Philippine de 40 ans qui est la conjointe de l'un d'eux, Teresita Flor, et un Norvégien de 56 ans, Kjartan Sekkinstad.

M. Ridsdel est un consultant pour la minière TVI Resource Developement Philippines, une filiale de la Canadienne TVI Pacific qu'il a déjà dirigée.

La police affirme qu'ils ont été kidnappés par 11 hommes armés qui ont fait irruption sur deux bateaux un peu avant minuit lundi dans la marina appartenant au complexe hôtelier Holiday Oceanview, situé à 975 km au sud-est de la capitale, Manille. 

Les ravisseurs auraient d'abord tenté de s'emparer d'un Américain et de sa conjointe d'origine japonaise qui se trouvait sur un des yachts, mais en vain : ils ont réussi à fuir en sautant à l'eau. Ils s'en sont tirés avec des blessures mineures.

John Ridsdel, Robert Hall et Teresita Flor ont eu moins de chance. Sortis de leur yacht en raison de ce tumulte, ils ont été kidnappés par les hommes armés. M. Sekkinstad, le gérant de la marina, a subi le même sort après s'être approché pour voir ce qui se passait.

Les kidnappeurs ont ensuite pris la fuite par bateau avec les quatre otages.

Le ministère canadien des Affaires étrangères est au courant de l'enlèvement de deux Canadiens et tente d'obtenir des informations à leur sujet par « tous les canaux de communication », a-t-il fait savoir dans un communiqué publié lundi soir.

Le président philippin Benigno Aquino, qui se trouvait dans ce complexe hôtelier la semaine dernière pour des discussions politiques avec ses alliés, suit la situation, a fait savoir son porte-parole, Herminio Coloma. 

L'île de Samal est réputée pour ses plages de sable blanc, ses sites de plongée sous-marine et ses complexes touristiques luxueux. La région est aussi prisée des marins, qui naviguent autour des nombreuses îles de l'archipel.

Cette région du sud des Philippines est aussi le théâtre d'un conflit armé qui oppose les forces de l'ordre au groupe Abu Sayyaf. Cette organisation, autrefois inféodée à Al-Qaïda, a récemment prêté allégeance au groupe armé État islamique.

Abu Sayyaf a enlevé plusieurs personnes au cours des dernières années, et certaines d'entre elles sont toujours détenues en otages. 

Une guérilla d'allégeance communiste est aussi active dans la région. Ils ont déjà dénoncé les opérations des minières étrangères dans la région.

Des bandes criminelles sont aussi présentes dans cette région, où les autorités philippines peinent à faire respecter la loi et l'ordre.

Plus d'articles

Commentaires