Retour

Deux nouvelles écoles verront le jour au centre-ville de Montréal

Le gouvernement du Québec a confirmé vendredi matin qu'il financera la construction de deux nouvelles écoles primaires au centre-ville de Montréal.

La nouvelle a été annoncée en conférence de presse par le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, en présence de la mairesse Valérie Plante et de la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon.

Tel qu'annoncé jeudi par Radio-Canada, ces deux nouveaux établissements scolaires permettront la création de 1000 places supplémentaires dans un secteur de la métropole où les besoins sont criants.

La première école sera aménagée au coût de 21,3 millions de dollars dans le bâtiment de l'ancienne Académie Bourget, rue de la Montagne, qui abritait une école jusque dans les années 1970. L'établissement devrait accueillir 300 élèves, répartis dans 12 classes de niveau primaire et 2 classes préscolaires. Un gymnase sera également aménagé.

Il faudra toutefois être patient avant de voir ce projet se concrétiser, prévient Catherine Harel Bordon. « Habituellement, ça nous prend de trois à cinq ans pour faire l'ensemble du projet, c'est-à-dire les plans et devis avec des architectes, les appels d'offres et la construction comme telle. Et puis ici, il y a un caractère patrimonial, donc on ne dit plus de dates, maintenant, parce qu'il y a beaucoup d'aléas. Mais je suis certain qu'avec la Ville de Montréal, on va pouvoir travailler et faire le plus rapidement possible pour les besoins de nos élèves. »

L'autre école, deux fois plus grande, sera bâtie rue Saint-Mathieu, dans la cour arrière de l'ancienne maison mère des Soeurs grises, rachetée en 2004 par l'Université Concordia.

« Annoncer 24 classes primaires et 4 préscolaires, ce n'est pas tous les jours non plus. C'est 700 élèves dans une même école! », s'est félicité le ministre.

La table Inter-action du quartier Peter-McGill et l'Association du Village Shaughnessy, qui regroupent des résidents du secteur, déplorent toutefois la décision de sacrifier un espace vert déjà rare au centre-ville. Ils auraient préféré que Québec arrête son choix sur le site situé derrière le Grand séminiaire de Montréal, qui figuraient d'ailleurs parmi les propositions de la CSDM.

La mairesse Plante s'est pour sa part montrée satisfaite de voir ces deux projets financés. « Si on veut garder nos citoyens à Montréal, nous, comme administration, on met énormément d'énergie et d'argent, entre autres dans l'habitation, pour avoir une mixité sociale, économique, culturelle, l'habitation communautaire, sociale, toutes sortes de modèles d'habitation... On veut investir dans la mobilité, entre autres pour garder nos familles. Mais si on veut garder nos familles, il nous faut des écoles! », a-t-elle souligné.

Mme Plante a également fait valoir que ces deux nouvelles écoles bénéficieront non seulement aux résidents de l'arrondissement Ville-Marie, mais aussi à ceux de Westmount, de Griffintown, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, « et même, dans une certaine limite, jusqu'à Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ».

D'autres projets

En tout, 13 projets de construction et d'agrandissement d'écoles seront réalisés sur l'île de Montréal au coût de 163 millions de dollars.

Par exemple, 14,5 millions seront consacrés à l'agrandissement et au réaménagement de l'école secondaire Sophie-Barat, dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville. Aussi, plus de 13 millions serviront à démolir le 8075 rue Hochelaga, dans le secteur de Mercier-Est, dans le but d'y construire une école primaire de 14 classes.

D'autres projets de construction et d'agrandissement d'écoles seront également annoncés dans les prochaines semaines à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, qui recevra la part du lion de l'enveloppe de 163 millions de dollars, soit 93,2 millions.

Ces sommes découlent d'un investissement panquébécois de 2,3 milliards annoncés jeudi par le ministre Proulx pour l'année 2018-2019. L'argent servira non seulement à la construction et à l'agrandissement des écoles, mais aussi au maintien et à la réhabilitation des établissements scolaires partout au Québec.

Le centre-ville de Montréal, un désert scolaire

Chaque année, les commissions scolaires remettent leur « liste d’épicerie » à Québec pour combler leurs besoins.

En août 2017, la CSDM a soumis une dizaine de projets de construction ou d'agrandissement d’écoles primaires et secondaires, un nombre record.

Trois d'entre eux touchaient le centre-ville de Montréal, où environ 300 enfants doivent actuellement se déplacer dans d’autres quartiers pour aller à l’école.

La CSDM souhaitait notamment la construction d'une école sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants, mais l'idée a été abandonnée par Devimco, le promoteur du projet immobilier Square Children's.

La densification du centre-ville et l’immigration comptent parmi les facteurs qui augmentent les besoins au centre-ville.

Avec les informations de Louis de Belleval, Julie Marceau et René Saint-Louis

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine