Retour

Dévastée, Cuba déplore 10 morts après le passage d'Irma

Après avoir frappé de plein fouet Cuba avec des vents de plus de 250 km/h, l'ouragan Irma a laissé l'île dans un état de désolation et a causé la mort d'au moins 10 personnes, ont annoncé les autorités lundi.

Dans les provinces de La Havane, de Matanzas, de Camagüey et de Ciego de Avila, « on signale pour le moment la perte regrettable de 10 vies humaines », a indiqué la défense civile par voie de communiqué.Certaines des victimes n’ont « pas observé les consignes » en « refusant d’être évacuées », a souligné la défense civile. Âgées de 27 à 89 ans, nombre d’entre elles sont mortes noyées ou prises sous des habitations effondrées, tandis que d’autres ont été électrocutées, a-t-elle précisé.

Dans la capitale cubaine, La Havane, près de 4000 personnes avaient été évacuées à l’approche d’Irma, qui a touché terre samedi.

Alors en catégorie 5, Irma a poursuivi sa trajectoire sur l'île en tant qu'ouragan de catégorie 3, en pleine nuit, causant une importante pénétration des eaux sur quelque 250 mètres à l’intérieur de la vieille ville.

Les rues de la capitale ont été inondées et le Malecon, célèbre boulevard qui longe la mer, n'a pas été épargné.Outre les nombreuses bâtisses maintenant en ruine dans le centre et l’est de l’île, l’agriculture et les infrastructures touristiques ont aussi subi de lourds dommages. Les populaires cayes (cayos), ces îles touristiques qui bordent le littoral, ont été gravement touchées.

Des vagues atteignant jusqu’à sept mètres de haut ont été observées sur la côte nord par le service cubain de météorologie Insmet.La violence des vents, qui a atteint près de 260 km/h au moment de l’impact, fait d’Irma l’ouragan le plus puissant à avoir touché Cuba depuis 1932.Maintenant en perte de vitesse, Irma a depuis été rétrogradée en tempête tropicale par le Centre national des ouragans américain. Après avoir balayé la Floride, la dépression poursuit son chemin vers l’État de la Georgie.

Un pays vulnérable

Éric Guilbert, un Québécois qui vit depuis plusieurs années à La Havane, a indiqué à RDI que les effets d’Irma ont été d’autant plus ravageurs à Cuba que le pays est pauvre.

« La spécificité, c’est le Cubain lui-même, qui n’est pas prêt, qui n’a pas de ressources pour faire face à ça avec son pauvre petit salaire de 17 $ par mois qu’il reçoit de l’État cubain […] », témoigne-t-il

Il explique que « quand on a à faire face à un ouragan qui arrive, on n'a aucun moyen d’acheter du contreplaqué pour les fenêtres, de la nourriture ou de l’eau en bouteille ».

L’autre spécificité, c’est la « décrépitude » des bâtiments « parce que les gens n’ont pas d’argent pour réparer, pour faire de la maintenance sur leur propriété ».

M. Guilbert rappelle qu’il est fréquent de voir des murs et des toits s’effondrer en temps de fortes pluies.

Selon lui, la priorité est de rétablir l’électricité, car le courant est indispensable pour faire fonctionner les pompes qui permettent aux Cubains d’avoir de l’eau en remplissant les réserves installées sur les toits des maisons.

Dans l’attente du retour au Canada

Sonya Bisson, une Québécoise en vacances à Varadero, devait revenir lundi au pays, mais elle vit dans l’incertitude quant à son retour.

En entrevue à RDI, elle affirme qu’elle dispose de peu d’informations sur l’évolution de la situation et les rencontres prévues avec les représentants de la compagnie Sunwing ont toutes été reportées jusqu’ici.

Elle dit s'informer auprès des autres vacanciers qui parviennent parfois à avoir une connexion Internet. Elle croit d'ailleurs savoir que « l’aéroport de Varadero a été endommagé » et que les touristes dont elle fait partie devraient être acheminés à La Havane pour prendre l’avion.

Mme Bisson, qui dit avoir passé « 17 heures dans un bunker », souligne par ailleurs que, même s’il n’y a pas de courant et d’eau chaude dans les chambres, elle « ne manque de rien en termes de nourriture », car son hôtel dispose de génératrices.

L’établissement dans lequel elle réside, et qui abrite « entre 20 à 30 » Canadiens, accueille aussi des vacanciers venus d’autres hôtels endommagés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine