Retour

Déversement pétrolier en Saskatchewan : des détails manquent selon un toxicologue

Il pourrait s'écouler plusieurs mois avant de savoir quand le pétrole accumulé dans le fond de la rivière Saskatchewan Nord disparaîtra, selon un toxicologue aquatique.

Vince Palace est un toxicologue de Winnipeg. Il étudie les conséquences de déversements pétroliers dans l'eau depuis plus de 25 ans. Celui-ci s'inquiète de voir qu'il y a un manque de données de base pour comprendre les impacts de déversement pétrolier d'un pipeline de la compagnie Husky Energy dans la rivière Saskatchewan Nord.

Selon l'expert, il faudra probablement des mois avant de pouvoir extirper le produit du lit de la rivière. « Cela dépend vraiment du type de produit et de la météo que nous aurons prochainement », souligne M. Palace.

L'un des plus gros problèmes lorsqu'il faut tenter d'évaluer les conséquences d'un tel déversement, est le manque d'informations disponibles avant un événement du genre, explique-t-il. « On doit savoir ce qu'il y a en ce qui concerne la communauté aquatique, la qualité de l'eau et des sédiments avant qu'un déversement ne survienne » selon M. Palace.

Il dit que les autorités tentent de comparer ce déversement à ce qu'ils ne connaissent pas. Il espère que les experts de l'industrie et des autorités régulatrices pourront apprendre quelque chose de la dépollution dans cet événement qu'il qualifie d'« horrible ».

Un rapport questionné

Vince Palace a également des questionnements sur le rapport de la qualité de l'eau publié par Husky Energy la semaine dernière.

Selon ce rapport, aucun échantillon prélevé après le 24 juillet n'a affiché des résultats plus hauts que la normale, y compris ceux des prises d'eau des villes de North Battleford et Prince Albert.

M. Palace explique que pour évaluer réellement l'impact sur la qualité de l'eau de la rivière Saskatchewan Nord, il faudra observer et partager plus de détails. « Quand on parle de pétrole brut, on parle de milliers de différents composés, explique-t-il. Certaines des plus petites molécules se dissolvent dans l'eau et peuvent être très toxiques pour les poissons et les organismes aquatiques. »

Le toxicologue indique aussi que dans les premiers jours, ces composés se dissolvent dans l'air et peuvent être une préoccupation pour la santé des humains s'ils sont respirés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine