Retour

« [Diane Lamarre] est la personne la plus intègre du PQ » - Gaétan Barrette

« D'aucune manière je n'ai remis en cause l'intégrité de Mme [Diane] Lamarre, a déclaré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, au lendemain de son attaque contre la porte-parole de l'opposition qui a soulevé une vague d'indignation au PQ.

« Elle est une personne intègre, je n'attaque pas son intégrité, c'est dommage qu'elle l'ait perçu comme ça », a-t-il soutenu au cours d'un impromptu de presse à l'Assemblée nationale. « Sur le fond, tout a été confirmé de A à Z », a-t-il toutefois soutenu.

La polémique a éclaté hier, lorsque M. Barrette a accusé la députée Lamarre, elle-même pharmacienne, d'avoir cautionné un stratagème qui aurait rapporté quelque 350 millions de dollars aux pharmaciens aux dépens de la population, du temps où elle était présidente de leur ordre professionnel.

« Il n'en reste pas moins que tout ce que j'ai dit hier a été confirmé par les principaux intéressés », a-t-il soutenu du même souffle. « Tout le monde est venu corroborer. Diane Lamarre elle-même ce matin, chez Paul Arcand, a confirmé les choses. Elle a confirmé qu'il y avait une problématique de prix. »

M. Barrette avance aussi que les questions posées par Mme Lamarre en Chambre « sont toujours teintées d'insinuations de parti pris, de favoritisme ».

Le chef de l'opposition officielle s'était porté un peu plus tôt, ce matin, à la défense de Diane Lamarre.

« C'est inacceptable! », a déploré Pierre Karl Péladeau, « À court d'arguments, il [M. Barrette] s'attaque à l'intégrité d'une collègue ».

Le leader péquiste a annoncé en conséquence avoir écrit une lettre au premier ministre Philippe Couillard pour lui demander d'intervenir auprès de Gaétan Barrette pour le rappeler à l'ordre.

Mercredi, en conférence de presse, Diane Lamarre a accusé le ministre Barrette de faire du « salissage » et a assuré avoir « toujours bien agi ».

Les attaques personnelles de Gaétan Barrette sont un aveu de sa faiblesse et de ses manquements, par exemple sur la question de l'incorporation des médecins, a dit alors la porte-parole de l'opposition en santé.

« On dirait que M. Couillard veut museler l'opposition »

Lors de sa conférence de presse jeudi, Pierre Karl Péladeau a accusé de façon générale le gouvernement libéral d'entretenir un climat anti-parlementaire et a appelé M. Couillard à se comporter comme un « protecteur de la démocratie », sans quoi il « faillira à sa tâche ».

 Outre l'attaque de M. Barrette contre Mme Lamarre, M. Péladeau a déploré l'attitude du gouvernement dans les dossiers de Bombardier et de l'immigration.

M. Couillard, souligne le chef péquiste, accuse l'opposition de nuire à l'économie parce qu'elle critique la transaction de 1,3 milliard de dollars du gouvernement pour acquérir une participation dans la société Bombardier. Or, rappelle-t-il, il s'agit pourtant de « la plus importante transaction d'Investissement Québec ».

Il en va de même dans le dossier de l'immigration. M. Péladeau déplore que M. Couillard taxe les oppositions de « souffler sur les braises de l'intolérance » en dénonçant le manque de ressources mises en place pour s'assurer de l'accueil des migrants syriens et de l'intégration des immigrants.

« Les oppositions ont un travail à faire, c'est comme ça que ça fonctionne, poursuit M. Péladeau. Notre régime est privilégié parce que ça n'existe pas partout sur la planète », a-t-il poursuivi.

Philippe Couillard agit « comme s'il était le seul à posséder la vérité »

De son côté, François Legault a demandé au premier ministre Couillard « de retrouver son calme » et d'éviter les « insultes et tentatives d'intimidation ».

Le chef de la CAQ n'a pas du tout apprécié que le premier ministre Couillard l'accuse de « souffler sur les braises de l'intolérance » en remettant en question la capacité du Québec de relever le seuil d'immigration de 50 000 à 60 000 personnes par années.

M. Legault avance que le premier ministre fait preuve d'arrogance, qu'il méprise l'opposition et qu'il agit « comme s'il était le seul à posséder la vérité ».

« Loin de la réalité, Philippe Couillard continue d'ignorer tous les signaux et refuse d'admettre que le Québec est confronté à de sérieux problèmes de francisation des immigrants », a déploré le chef caquiste.

La députée caquiste, Nathalie Roy, a pour sa part rappelé que le nouveau ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, alors qu'il était avec la CAQ, disait lui-même que les seuils d'immigration ne pouvaient être augmentés sans bonifier les budgets d'intégration.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette n'a, par ailleurs, pas aimé que Pierre Karl Péladeau le traite de Tartuffe sur Twitter.

« Le vrai titre, c'est Tartuffe ou l'Imposteur, dit M. Barrette. C'est le personnage le plus croche, le plus fourbe de Molière. Tartuffe, c'est un personnage qui est qualifié dans tous les livres d'hypocrite et de manipulateur. Est-ce que c'est parlementaire ça? », a-t-il dénoncé.

M. Barrette estime que c'est la joute parlementaire qui entraîne ce genre de situation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine