Retour

Direction du PQ : Alexandre Cloutier joue le tout pour le tout

À une semaine de l'élection du nouveau chef du Parti québécois, Alexandre Cloutier persiste et signe : le PQ doit à tout prix s'ouvrir à l'immigration.

Un texte de Mathieu Gohier

Le député de Lac-Saint-Jean joue son va-tout. Parti favori de cette course, M. Cloutier est maintenant au coude-à-coude avec Jean-François Lisée, et les échanges entre les deux candidats sur l'identité québécoise et l'immigration ont été particulièrement virulents.

Dans une entrevue accordée à l'émission Les coulisses du pouvoir, Alexandre Cloutier plaide pour que son parti soit plus inclusif et réitère sa position sur la laïcité inspirée des conclusions du rapport Bouchard-Taylor.

Il ne trouve pas de problème non plus que des femmes voilées enseignent dans les écoles du Québec.

« Personnellement, que mon enfant reçoive un enseignement d'une femme qui porte le voile, ça ne me choque pas. Ma préoccupation, c'est la qualité de l'enseignement, l'offre qui est offerte à mon enfant, et de m'assurer qu'il reçoit un bagage pédagogique qui soit conforme à nos valeurs, l'histoire, la langue, etc. »

Dans un parti où la question identitaire est aussi importante, Alexandre Cloutier ne craint-il pas de perdre des appuis avec une telle prise de position? L'aspirant chef affirme que son engagement politique n'est pas mû par des motivations de popularité.

Celui qui souhaite devenir le neuvième chef du PQ fait le constat que les appuis populaires n'ont fait que décliner au cours des dernières années, et que, par conséquent, le parti « doit tendre la main et accepter que le Québec d'aujourd'hui a changé ».

Alexandre Cloutier se défend toutefois d'être naïf, citant le problème de la radicalisation de certains jeunes.

« Il y a de vrais enjeux au Québec. Maintenant, il ne faut pas tout mélanger et, quand on aborde les enjeux de laïcité, d'immigration, de réfugiés, il faut être capable d'apporter les nuances nécessaires », explique-t-il.

Alexandre Cloutier a reçu un nouvel appui, jeudi, celui de Pierre Céré, qui s'était lui-même lancé dans la précédente course à la direction du PQ au printemps 2015.

M. Céré explique avoir choisi M. Cloutier parce que ce dernier « tient tête courageusement au courant identitaire ». De Jean-François Lisée, Pierre Céré dit « qu'il dérape » sur la question identitaire.

« Il y a autour de nous des milliers et des milliers de réussites personnelles et familiales d'intégration à la société québécoise », écrit Pierre Céré dans un texte qu'il a publié sur Facebook. « Ce courant identitaire sème la division plutôt que de nous rassembler, il stimule la méfiance et l'hostilité au lieu de nous unir », poursuit-il.

Plus d'articles

Commentaires