Retour

Divulguer de l'information à un journaliste, un crime quand on est policier?

Le cas du journaliste Patrick Lagacé, surveillé par les policiers, soulève énormément de questions. Il aurait été mis sous surveillance parce qu'un policier était soupçonné de divulguer des informations à des journalistes. Est-ce un crime pour un policier de divulguer des informations privilégiées à un journaliste?

Un texte d'Annie Hudon-Friceau

Tout d'abord, il faut savoir que les policiers doivent respecter leur serment d'allégeance. Ils sont tenus notamment « d'assurer la confidentialité de toute information relative aux enquêtes ou aux activités du service de police. »

Un policier qui divulgue des informations à un journaliste rompt son serment d'allégeance. Mais il s'agit là d'une entorse à son code déontologique et non pas d'un acte criminel.

Par contre, un policier qui retire un bénéfice personnel en divulguant des informations privilégiées sera coupable d'abus de confiance. Et si l'information divulguée nuit à une enquête en cours, on parle alors d'entrave à la justice.

Deux crimes passibles de 5 ans de prison.

Alors, est-ce que divulguer de l'information privilégiée à un journaliste est un crime quand on est un policier?

Oui, si et seulement si le policier en retire un avantage ou si son action nuit à une enquête. Et il s'agit dans ces deux cas, de crimes graves.

Épreuves des faits</p><p>

Plus d'articles