Retour

Doit-on faire croire aux enfants que le père Noël existe?

Depuis plusieurs générations, des parents des quatre coins de la planète créent du rêve chez leurs petits en leur faisant croire au père Noël. Or, une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique The Lancet conclut que ce mensonge peut créer un traumatisme chez l'enfant.

Un texte de Catherine Gauthier

Selon Chris Boyle, psychologue à l’Université d’Exeter et Kathy Mckay, psychologue à l’Université de Nouvelle-Angleterre, ce mensonge risque de miner la confiance que l’enfant a envers ses parents, le jour où il va découvrir la vérité.

« Il me semble que c’est gros, lance Diane Dulude, psychologue de la famille à Montréal. Il faut nuancer. Le père Noël, c’est important; c’est tout l’aspect imaginaire. »

Dans cette étude, les experts visent plutôt le comportement des parents, estime la psychologue. « Quand l’enfant est assez grand pour poser des questions et le parent veut absolument garder le mythe intact sans une petite brèche sur la réalité, le parent peut se nuire. »

Le plaisir de transmettre la magie de Noël

En milieu de journée, dans un centre commercial du centre-ville de Montréal, les petits font patiemment la file pour rencontrer le père Noël.

Bernard Desjardins, avec sa barbe véritable et ses longs cheveux blancs, le personnifie depuis 12 ans. Pour lui, la question est sans équivoque.

« Il faut permettre aux enfants d’être dans ce monde magique, s’ils le désirent, croit-il. Le père Noël, c’est tout simplement le super héros des petits. »

Margot, âgée de quatre mois et demi, rencontre le personnage pour la première fois. Elle ne semble pas trop impressionnée et semble plutôt le trouver intrigant.

Je veux que [ma fille] y croie. C’est tellement beau. Je vais lui raconter des histoires, lui parler des lutins.

Flore Rebuffel, mère

Pas question donc de croire cette étude de psychologie, croit la maman qui entretient la magie de Noël. « Il y aura une façon de lui amener à un moment donné. Mais traumatisée? Moi, j’ai cru au père Noël et je ne me sens pas du tout traumatisée! »

Comprendre et déduire

Un jour viendra où l’enfant se posera la grande question. « L'enfant travaille fort pour comprendre, ajoute Diane Dulude. D’habitude, l’enfant commence à poser des questions avec de petits clins d’œil. Il se demande pourquoi grand-papa n’est jamais là quand le père Noël arrive, par exemple. »

Puis, il fait ses propres déductions. La psychologue estime qu’il faut peut-être être plus prudent avec un enfant fragile, qui a déjà été trahi. Mais sinon, la magie de Noël, le ludique et l’imaginaire, ça fait partie du développement normal de l’enfant.

Pour sa part, Marielle Lalande a déjà dû répondre à la délicate question. « Mon plus jeune m’a dit : “Maman, dis-moi la vérité vraie. Est-ce qu’il existe, le père Noël?” Je ne pouvais pas passer à côté de ça et je dirais qu’il a eu une certaine déception. »

Bernard Desjardins se sent privilégié de jouer au père Noël pour les petits et les grands. Étude ou pas, il va continuer de recevoir les confidences et les souhaits de ceux qui viennent le voir chaque année. « Je dis aux enfants ceci : c’est à toi de décider ce que tu veux croire. Ça t’appartient! »

Plus d'articles

Commentaires