Retour

Donald Trump et Kim Jong-un ont rendez-vous à Singapour le 12 juin

Le sommet historique tant attendu entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un aura lieu le 12 juin, à Singapour. La nouvelle a été confirmée par M. Trump lui-même, dans un message posté sur Twitter jeudi avant-midi.

« La rencontre très attendue entre Kim Jong-un et moi aura lieu à Singapour le 12 juin. Nous allons tous deux essayer d'en faire un moment très important pour la paix dans le monde! », a-t-il écrit.

Le président Trump avait annoncé le 8 mars qu'il acceptait une invitation du dictateur nord-coréen à le rencontrer, mais la date et le lieu de ce sommet sans précédent, où la question des armes nucléaires sera abordée, n'avaient jamais été fixés.it

L'annonce du président a été faite quelques heures à peine après le retour à Washington de trois Américains libérés par la Corée du Nord.

Les trois hommes sont revenus à bord de l'avion qui ramenait aux États-Unis le nouveau secrétaire d'État américain Mike Pompeo, au terme de sa deuxième rencontre à Pyongyang avec Kim Jong-un.

Ce tête-à-tête devait précisément permettre de discuter de la modalité de la rencontre à venir avec le président Trump.

Le réchauffement diplomatique entre Pyongyang et Washington se déroule à un rythme accéléré depuis le début de 2018, après que le président Kim eut tendu la main à son homologue sud-coréen Moon Jae-in à l'approche des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Les présidents des deux Corées se sont depuis rencontrés dans la zone démilitarisée qui sépare les deux pays, établie le long du 38e parallèle au terme de la guerre de Corée (1950-1953), qui a fait des centaines de milliers de morts.

Les deux hommes avaient alors annoncé « qu'il n'y aura plus de guerre dans la péninsule coréenne », et s'étaient engagés à « mettre rapidement fin aux divisions et aux confrontations qui constituent un vestige de la guerre froide » et à « aborder audacieusement une nouvelle ère de réconciliation, de paix et de prospérité nationale ».

La guerre de Corée s'est soldée par un armistice signé par la Corée du Nord, la Chine et les États-Unis, au nom du commandement unifié des forces militaires multinationales soutenant la Corée du Sud, de sorte que la guerre n'est techniquement pas terminée.

Une dizaine de jours avant ce sommet, le président sud-coréen Moon avait affirmé que la Corée du Nord souhaitait parvenir à une « dénucléarisation complète » de la péninsule coréenne, en ne fixant « aucune condition inacceptable pour les États-Unis, telle que le retrait des forces américaines déployées en Corée du Sud. »

« Tout ce qu'ils demandent, c'est l'arrêt des politiques hostiles à leur égard et des garanties de sécurité », avait-il expliqué.

Le lendemain de cette déclaration, la Corée du Nord a annoncé qu'elle cessait ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux, et qu'elle fermait un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement.

En 2017, des tests de missiles balistiques et un essai nucléaire de la Corée du Nord avaient donné lieu à de violentes prises de bec entre les présidents Trump et Kim sur Twitter. Le tout avait fait craindre que la situation ne dégénère en conflit armé.

Le président Trump affirme aussi qu'il prône la dénucléarisation « complète, vérifiable et irréversible » de la Corée du Nord, mais sans jamais s'avancer sur ce que les États-Unis pourraient offrir en échange.

Plus de détails à venir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards