Retour

Donald Trump et Ryan Gosling en vedette pour le retour de Saturday Night Live

La quarante-troisième saison de la célèbre émission satirique Saturday Night Live a démarré samedi soir sur NBC sur les mêmes bases que la précédente, avec un Alec Baldwin se moquant de Donald Trump. De son côté, l'acteur canadien Ryan Gosling, vedette de Blade Runner 2049, a animé la soirée.

Les faits et gestes de Donald Trump semblent constituer un vivier inépuisable pour les sketchs des comédiens de Saturday Night Live. Samedi soir, les récentes attaques du président américain contre la gestion de la crise à Porto Rico par la mairesse de San Juan, Carmen Yulín Cruz, ont été au cœur des moqueries.

« Nous voulons vous aider, mais nous devons d’abord prendre soin de l’Amérique », s’est exclamé au téléphone Trump/Baldwin. « Vous êtes quand même au courant que nous sommes un territoire américain? » a répliqué la mairesse, interprétée par Melissa Villaseñor. Le long silence présidentiel qui s’en est suivi en a fait rire plus d’un dans le public.

Une autre séquence, encore plus dure, a cette fois évoqué l’affrontement verbal entre Donald Trump et de nombreux joueurs de football, ainsi que les nombreux cas de commotion cérébrale qui surviennent dans ce sport.

Ryan Gosling, sauveur du jazz

En pleine promotion pour le nouveau film de Denis Villeneuve, Blade Runner 2049, Ryan Gosling a été choisi pour animer cette première émission de la saison. Dans son discours d’ouverture, l’acteur canadien s’est présenté avec une belle (et fausse) arrogance en « sauveur du jazz » grâce à son rôle de pianiste dans La La Land.

L’affirmation n’a pas plu à sa partenaire dans ce film. Voilà pourquoi Emma Stone a fait une courte apparition pour faire une importante précision, employant le même second degré que Gosling : elle aussi a sauvé le jazz.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine