Retour

Dopage : Alex Harvey salue la décision du CIO

Le fondeur québécois Alex Harvey, dont la discipline a été durement touchée par les scandales de dopage, est déjà connu pour son discours clair et franc sur le sujet. Une position qu'il a réitérée lors de la conférence de presse de l'équipe canadienne de ski de fond à son arrivée à Pyeongchang, seulement quelques jours après que le Comité international olympique (CIO) eut fermé la porte à 13 des 28 athlètes russes blanchis par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

« Il faut changer le cours des choses. Ça prend des mesures draconiennes et je pense que ce sont de bonnes mesures qui ont été prises par le CIO, a dit le skieur de 29 ans. Au début, on parlait d’allégations et, ensuite, ça s’est solidifié avec des preuves. Donc je pense que la décision du CIO de ne pas inviter 13 athlètes russes est justifiée. »

Jeudi dernier, le TAS a rendu sa décision sur 28 des 43 athlètes russes suspendus pour avoir profité du système de dopage d'État lors des Jeux de Sotchi en 2014. Le tribunal a estimé que les preuves étaient « insuffisantes » pour établir des cas de dopage à l'encontre de ces 28 sportifs.

Cette décision a eu pour effet d’annuler la suspension à vie imposée à ces athlètes par le CIO et de rétablir leurs résultats obtenus à Sotchi.

« La Russie est bannie, a toutefois rappelé Alex Harvey. Ceux [les Russes] qui vont venir compétitionner sous le drapeau olympique, c’est sur invitation. »

« Ces athlètes sont pris dans un système. Le choix ne leur est pas donné de se doper ou pas. Ils veulent faire partie de l’équipe, donc ils doivent suivre les conseils du médecin de l’équipe », a-t-il expliqué.

« Ce n’est pas bon pour le sport, et ça prend des mesures draconiennes, a-t-il répété. C’est un mal nécessaire pour changer le futur de ces athlètes et leur redonner espoir. Ils devraient avoir le droit de compétitionner proprement. »

Un appel au TAS

Pour l'instant, 169 sportifs russes ont reçu des invitations officielles aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Le TAS a fait savoir mardi que 32 athlètes ont porté leur cause en appel, à deux jours de l’ouverture des Jeux, afin d'obtenir leur laissez-passer. Parmi eux se trouve notamment le fondeur Sergey Ustiugov, champion du Tour de ski en 2017.

Quelques-uns des 32 athlètes se trouvent déjà dans des pays de l'Extrême-Orient, comme le Japon. Ils pourront donc s'acclimater rapidement en prévision d'une invitation de dernière minute.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque