Retour

Dopage : le CIO prolonge les sanctions contre la Russie

Le Comité international olympique (CIO) a décidé mercredi de prolonger jusqu'à nouvel ordre les mesures provisoires prises contre la Russie en juillet après la publication du rapport McLaren sur le dopage d'État en Russie.

Cette décision a été prise par la commission exécutive du CIO avant même la publication de la version finale prévue vendredi de ce même rapport commandé par l'AMA et qui avait conduit à l'exclusion de nombreux sportifs russes des Jeux olympiques de Rio.

Le 19 juillet, au lendemain de la publication de la première partie du rapport qui évoquait un dopage d'État avec la participation « active » des services secrets, le CIO avait réuni en urgence sa commission exécutive.

Dans ce rapport, qui avait été commandé par l'Agence mondiale antidopage, le juriste canadien Richard McLaren avait désigné le ministre russe des Sports Vitali Mutko et son adjoint Iouri Nagornykh comme les chevilles ouvrières du système mis en place par la Russie depuis 2011, et dans 30 sports, bien au-delà de l'athlétisme.

Le CIO, floué par le comportement russe lors des JO d'hiver de Sotchi en 2014, selon le rapport McLaren, avait dès lors interdit à Vitali Mutko de se rendre aux Jeux de Rio. Il avait en annoncé qu'il n'accorderait aucune accréditation aux officiels du ministère ou à toute personne citée dans le rapport McLaren.

Cette mesure est donc prorogée.

De même, la commission exécutive, qui avait relevé « avec une vive inquiétude les failles de la lutte contre le dopage révélées par le rapport d'enquête indépendante de Richard McLaren », avait précisé que le CIO n'organiserait ni n'appuierait de rencontre ou d'événement en Russie.

Cette interdiction est également maintenue et touche notamment les prochains Jeux européens en 2019, auxquels la Russie était candidate.

Cela n'empêche pas quelques exceptions à la règle, comme la tenue des prochains mondiaux de bobsleigh, actuellement programmés du 17 au 26 février 2017, justement sur la piste des Jeux de Sotchi.

Isinbayeva à la tête de la RUSADA

Par ailleurs, l'ancienne championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva a été nommée à la tête du nouveau comité de supervision de l'Agence russe antidopage (RUSADA).

La RUSADA a indiqué par communiqué qu'Isinbayeva dirigera un comité composé de neuf personnes, soit des dirigeants sportifs, un représentant du ministère russe des Sports et des chercheurs universitaires.

La perchiste a fait partie des dommages collatéraux des sanctions imposées à l'équipe russe d'athlétisme. Bien qu'elle n'ait jamais été soupçonnée de dopage, elle a dû rater les Jeux de Rio en raison de la suspension de son équipe.

La nomination d'Isinbayeva pourrait créer des frictions avec l'Agence mondiale antidopage (AMA), qu'elle a sévèrement critiquée.

Elle a expliqué que les accusations à l'endroit de la Russie étaient non fondées et a exigé que la dénonciatrice Yulia Stepanova soit exclue à vie.

Plus d'articles

Commentaires