Retour

Du « ganja yoga » pour une meilleure relaxation

Les adeptes de yoga à Victoria pourront participer à une séance bien particulière samedi, car il leur sera possible de consommer du cannabis avant la session, pour atteindre un meilleur état de relaxation, selon l'instructrice.

Un texte de Nahila Bendali

Dee Dussault enseigne le « ganja yoga », du yoga sous l’influence du cannabis, depuis 2009. « Pour moi, le cannabis permet d’aller plus loin dans ma pratique, dans mon corps », constate-t-elle. Avec la consommation de la marijuana, le yoga est transporté à un autre niveau, explique-t-elle.

Le stress de la vie quotidienne peut rendre difficile d’accéder à l’état de relaxation recherché dans le yoga, selon l’instructrice. « C’est un des outils pour améliorer la pratique », dit celle qui a publié un livre sur la question.

Si certains considèrent la consommation de cannabis comme une façon de tricher pour atteindre un certain niveau de relaxation, Dee Dussault répond que plusieurs éléments, comme la musique, l’éclairage ou la caféine, changent l’état de conscience.

Normaliser le discours

La professeure de yoga souligne qu’elle n’a jamais eu de problèmes avec les autorités policières, puisque la plupart des provinces et des États ont une certaine réglementation sur la consommation de marijuana. Elle note aussi que les gens sont de plus en plus conscients du potentiel économique de l’industrie de la marijuana.

Dee Dussault espère que ses cours permettent une discussion ouverte sur la consommation de cannabis. « Avec cette normalisation et cette acceptation sociale, j’espère pouvoir mener le débat plus loin que simplement l’usage médicinal (...), et parler de l’utilisation pour des raisons psychologiques ou sociales », explique-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires