Un groupe de chercheurs de l'Université de l'Alberta et un ingénieux Edmontonien sont en train de mettre au point un matériau composé de sel pour recouvrir les surfaces des hôpitaux et tuer les bactéries les plus résistantes aux antibiotiques.

Un texte de Tiphanie Roquette

Le chlorure de sodium est compressé pour former un matériau dur comme celui qui compose les blocs de sel donnés au bétail. Celui-ci peut ensuite être moulé en poignées de porte, en robinets ou en armatures de lit.

Les inventeurs clament que leur matériel appelé Outbreaker réduit la présence de bactéries 20 à 30 fois plus vite que les surfaces de cuivre et d'acier inoxydable. Les tests ont été effectués en laboratoire sur le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), et les résultats, publiés dans le Journal of Hospital Infection.

L'idée provient de l'Edmontonien Doug Olson qui n'a aucune compétence médicale. Ce dernier a trouvé son inspiration dans son expérience en boucherie et dans un commerce de matériel de chasse. Le sel y était utilisé pour préserver les viandes et les fourrures.

Il s'est ensuite associé au doctorant en physiologie Brayden Whitlock et à l'experte en maladies infectieuses à l'Université de l'Alberta Stephanie Smith.

Si les premières études montrent des résultats prometteurs, les chercheurs préviennent que des recherches extensives sont nécessaires notamment pour évaluer la résistance du matériel à l'eau. Ils veulent également établir une corrélation entre l'utilisation du matériel et la diminution des infections contractées dans les hôpitaux.

Les chercheurs sont en discussion avec l'Hôpital de l'Université de l'Alberta pour faire ces études.

Plus d'articles