Retour

Écrasement d'avion à Halifax : une décision concernant le recours collectif mardi

Les 133 passagers de l'avion d'Air Canada qui s'est écrasé à l'aéroport d'Halifax en mars 2015 sauront mardi si leur recours collectif pourra aller de l'avant. La juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a entendu lundi les arguments des avocats du gouvernement fédéral.

Dans leur proposition de recours collectif, les plaignants allèguent que la négligence des défendeurs est responsable de l'écrasement. Cette négligence a causé des blessures physiques et psychologiques aux passagers de l'avion, affirment-ils.

Transport Canada ne peut pas être poursuivi, ont plaidé lundi les avocats du gouvernement, puisque l'organisme fédéral n'avait pas un devoir de diligence envers les passagers.

Plus de 25 personnes ont été blessées dans l'écrasement et les passagers ont dû attendre environ 50 minutes dans une tempête de neige, sur le tarmac, avant d'être transportés dans un hangar chauffé, selon les plaignants.

Leur avocat, Ray Wagner, affirme pour sa part que Transport Canada avait un devoir de diligence envers les passagers. L'organisme était responsable de réviser et de faire appliquer les règles de sécurité selon la Loi sur l'aéronautique.

Les autres défendeurs sont Air Canada, NAV Canada, l'aéroport Stanfield, à Halifax, et le manufacturier français Airbus. Ils ont confirmé lundi qu'ils ne s'opposeront pas à l'attestation du recours collectif.

La juge Denise Boudreau pourrait décider de rendre une attestation provisoire pour permettre au recours collectif d'aller de l'avant et de prendre sa décision plus tard en ce qui concerne Transport Canada.

L'écrasement n'est pas le résultat d'une défaillance mécanique

Dans son rapport préliminaire, le Bureau de la sécurité des transports du Canada écartait toute hypothèse de défaillance mécanique.

« Durant l'approche, les moteurs de l'aéronef ont sectionné des lignes de transport d'électricité puis, à environ 225 mètres avant le seuil de la piste, le train d'atterrissage principal et le fuselage arrière de l'appareil ont touché le sol recouvert de neige », décrit le rapport rendu public en juin 2015.

Il signale aussi que l'aéronef a poursuivi sa course en accrochant une antenne de radioalignement de piste avant de percuter le sol, en position de piqué, environ 70 mètres avant le seuil de la piste. Il a ensuite rebondi et glissé sur la piste avant de s'immobiliser sur le côté gauche de celle-ci, à quelque 570 mètres au-delà de son seuil.

Air Canada a offert une aide financière

Le vol qui effectuait la liaison entre Toronto et Halifax comptait 133 passagers et 5 membres d'équipage à son bord.

Air Canada a offert une aide financière à chaque passager, dont certains disent avoir été blessés dans l'écrasement.

C'est le cas de Lianne Clark et de son mari. Ils étaient tous deux à bord de l'avion et ont reçu un diagnostic de syndrome de stress post-traumatique.

« Chaque fois que nous allons monter dans un avion, nous allons ressentir la même anxiété. Ça change nos vies. Nous ne contrôlons plus nos émotions de la même façon, avec nos amis, nos proches », confiait Lianne Clark à CBC au mois de mars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine