Retour

ÉducArt, une plateforme numérique pour apprendre par l'art

Depuis septembre, les enseignants des écoles secondaires du Québec ont accès à ÉducArt, une plateforme d'art numérique conçue par le Musée des beaux-arts de Montréal. L'objectif est de transporter le musée à l'école.

Un texte de Catherine François

Il s’agit du plus important projet d’éducation dans lequel le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) se soit jamais impliqué. C'est à l’initiative de la directrice du Musée, Nathalie Bondil, que cette plateforme est née.

En 2010, le Musée avait envoyé des affiches représentant des œuvres d’art dans les écoles secondaires du Québec : c’est à partir de là que Nathalie Bondil a eu l’idée de développer cette sorte de « bibliothèque numérique ».

Le projet a été lancé il y a quatre ans : quelque 800 personnes y ont participé et 15 000 kilomètres ont été parcourus au Québec pour aller à la rencontre d’enseignants et d’experts pour concevoir cette plateforme. Le tout a été coordonné par l'enseignante en histoire de l’art Mélanie Deveault.

« La mécanique qu'on a mise en place, c'est de partager notre collection avec des experts de différents domaines, explique Mme Deveault. Qu'est-ce qu'un cardiologue peut voir sur la thématique du cœur par exemple? Qu'est-ce qu'une intervenante sociale, qui travaille avec des jeunes de la rue, peut voir dans des œuvres qui sont rassemblées sur la thématique de la rue? Tous ces experts-là sont des portes d'entrée pour les enseignants pour enseigner véritablement les contenus de leurs programmes à partir de nos œuvres et faire des projets avec leurs élèves. »

« L’art est polyglotte »

ÉducArt présente ainsi 350 œuvres d’art issues des collections du Musée, ainsi qu’une cinquantaine de vidéos d’experts et le tout est répertorié sous 17 thématiques comme le féminisme, l’altérité, la rue, le cœur, la lumière, la mémoire, la liberté, la résilience, la paix, l’écologie.

Fait à noter : les responsables de la plateforme ont donné la mission à des écoles du Québec de réaliser 17 projets pilotes liés à ces thématiques. En tout, 600 élèves et quelque 50 enseignants ont ainsi participé à la conception d’ÉducArt. Ces projets pilotes servent d’exemple, en quelque sorte, aux enseignants pour développer à leur tour des projets avec leurs élèves.

Les concepteurs ont eu une approche inclusive et multidisciplinaire : c’est la philosophie qui les a guidés tout au long du processus de création.

« C'est vraiment un projet qui a pour vocation d'être utile et qui a été créé pour des professeurs par les professeurs, précise Nathalie Bondil. C'est un outil d'apprentissage des arts et aussi d'apprendre à regarder autrement et ça, c'est aussi la force de ce projet. »

Nathalie Bondil prend soin de préciser que cette plateforme ne doit pas servir qu’aux enseignants en arts. « Des personnes qui a priori ne s'intéressent pas aux arts [...] vont trouver un support et un outil pédagogique à leur enseignement ».

Cas pratique

Mercredi dernier, dans un cours en éthique et culture religieuse de l’École secondaire Fadette de Saint-Hyacinthe, en Montérégie, l’enseignant Alexandre Chenette s’est servi pour la première fois avec ses élèves de la plateforme ÉducArt.

Sur le thème du féminisme, il leur a fait commenter un tableau, une photo, puis écouter la vidéo d’une jeune femme qui explique pourquoi elle est féministe. Après quoi, les jeunes ont commencé un travail lié à l’analyse du tableau et de la photo.

« C'est un nouvel outil pédagogique parce que cela nous permet d'aller visiter le Musée à distance grâce à Internet, c'est ça qui est vraiment génial, constate Alexandre Chenette. J’aime cette accessibilité et le côté intuitif et convivial de la plateforme. Et tout l'aspect éducation est primordial [...] et c'est ça qui est fascinant, je n’ai jamais vu aucune plateforme muséale être aussi centrée sur l'éducation ».

Les élèves de leur côté apprécient cet accès aux œuvres du Musée et les informations offertes. « Je trouve ça vraiment efficace et utile pour les amateurs d'art comme moi de pouvoir regarder des œuvres d'art tout en restant chez soi », précise Steveen Sanchez.

« Je trouve que c'est une plateforme qui nous donne beaucoup d'informations, c'est vraiment intéressant, parce que ça t'aide à faire de nouvelles recherches et à représenter des nouvelles affaires », ajoute Sthefania Torres.

Un bon début

Depuis sa mise en ligne en septembre, ÉducArt a enregistré plus de 7500 visites et quelque 750 enseignants s’y sont inscrits. Comme la plateforme est interactive, les enseignants sont invités à y partager leur expérience, expliquer les projets qu’ils ont développés avec leurs élèves et soumettre des propositions.

« Ce qu'on souhaite, c'est de continuer à ouvrir cette relation avec le Musée et l'école et continuer à ce que les enseignants contribuent à la plateforme », précise Mélanie Deveault.

Nathalie Bondil renchérit. « Je ne me satisfais pas d'un programme qui est disponible, je me satisferai d'ÉducArt quand nos œuvres seront dans la tête des écoliers et dans le programme des professeurs ».

Pour ce faire, Mélanie Deveault continuera à présenter la plateforme aux écoles qui ne la connaissent pas et à conseiller les enseignants pour qu’ils en tirent le plus de profit possible.

D’ailleurs, la plateforme est ouverte à tous et elle offre un voyage visuel et informatif sur des centaines d’œuvres d’art, et ce, dans le confort de votre salon!

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine