Retour

Effondrement du Centre Algo : reprise du procès de Robert Wood

La défense va présenter ses arguments mardi au procès de l'unique personne accusée relativement à l'effondrement mortel du centre commercial Algo à Elliot Lake dans le Nord-Est de l'Ontario, en juin 2012.

L’ancien ingénieur Robert Wood avait affirmé que le centre Algo était en bon état, quelques semaines seulement avant que le toit, qui supportait aussi un stationnement, ne cède.

Le 23 juin 2012, Lucy Aylwin, 37 ans, s'occupait de la cliente Doloris Perizzolo, 74 ans, à un kiosque de loterie lorsque la structure s’est écroulée. Les deux femmes ont perdu la vie et une vingtaine de personnes ont été blessées.

Wood, originaire de Sault-Sainte-Marie, a plaidé non coupable à deux chefs d'accusation de négligence criminelle ayant causé la mort. Il a également plaidé non coupable à un chef d'accusation de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles.

La Couronne a fini de présenter sa preuve le 19 décembre dernier à Sault-Sainte-Marie, en tentant de démontrer que Robert Wood a été « irresponsable et imprudent avec la vie des autres ».

Durant les quatre premiers mois du procès, une longue liste de témoins a été appelée à la barre, dont des personnes qui ont pu constater le délabrement de la structure, des témoins de l’effondrement ainsi que des employés présents au moment de la tragédie.

Lors de la commission d'enquête en 2013, le juge Paul Bélanger avait sévèrement critiqué la négligence et l'inaction des propriétaires successifs du centre commercial Algo, ainsi que celles de plusieurs ingénieurs et inspecteurs du bâtiment.

Robert Wood a d'ailleurs avoué, lors des audiences, avoir modifié un rapport d'inspection à la demande du dernier propriétaire du centre commercial, Robert Nazarian.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine