Retour

Élections Québec 2018 : le ciment est-il pris?

À six mois d'une campagne électorale, et après six mois de croissance ininterrompue du même parti, les sondeurs et les journalistes politiques commencent à se demander si le ciment est pris. Les intentions de vote en faveur de la Coalition avenir Québec sont-elles suffisamment solides pour croire qu'elle vogue vers une victoire historique?

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

La réponse est : pas encore, mais les indices commencent à s’accumuler.

Les sondages sont bons, mais pas assez. La CAQ domine dans toutes les régions et dans tous les groupes d’âge. Mais son score de 37 % (après répartition des indécis, dans le dernier sondage Léger) n’est pas suffisant pour garantir une majorité de sièges à l’Assemblée nationale.

Depuis la Révolution tranquille, aucun parti n’a pu former de gouvernement majoritaire avec moins de 40 % des voix. (Avec l’incongruité de 1966, lorsque l’Union nationale avait formé un gouvernement majoritaire avec 40,7 % des voix contre 47,3 % aux libéraux. Mais c’était l’époque d’une carte électorale totalement déséquilibrée et de comtés ruraux dits « protégés ».)

Défendre son programme

Il y a aussi des doutes qui subsistent quant à la capacité de la CAQ de défendre son programme en campagne électorale. On a hâte de la voir se soumettre au passage obligé du cadre financier. Depuis plusieurs mois déjà, la CAQ promet des baisses d’impôt et des hausses de services. Il faudra des acrobaties comptables pour réconcilier tout cela.

Il y a encore beaucoup de questions sur certains aspects du programme. On n’en nommera qu’un seul : l’immigration. La CAQ veut limiter le nombre d’immigrants, alors qu’il y a des pénuries de main-d’oeuvre et que la population vieillit.

Mais, après quelques années, elle pourrait déporter ceux qui échoueraient à un test de français ou de « valeurs québécoises ». Une solution impraticable quand on sait que cela pourrait diviser des familles – surtout dans le cas d’enfants nés ici, et donc citoyens canadiens. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Mais il y a aussi des signes qui ne trompent pas et qui indiquent que la CAQ pourrait faire des ravages dans les rangs des deux autres grands partis.

Avec l’annonce des départs de Ghyslain Bolduc et de Raymond Bernier, ces derniers jours, il y a neuf députés libéraux – dont deux ministres – qui ont déjà annoncé qu’ils ne seraient pas candidats aux prochaines élections.

Il y en a presque autant qui ont dit ouvertement réfléchir à partir. Sans compter qu’il y a eu, au cours de ce mandat, six démissions de députés libéraux. À cela, on devrait ajouter les noms de Pierre Paradis et de Gerry Sklavounos, qui ont été exclus du caucus.

Cela fait donc le tiers du caucus ministériel qui pourrait ne pas être sur la ligne de départ lors de la prochaine élection. On commence à dépasser largement le renouvellement normal d’une fin de mandat. Il y a même eu un candidat libéral formellement investi qui a décidé de renoncer pour continuer son mandat... dans une commission scolaire.

Tous les indicateurs au rouge

Dans les faits, pour les libéraux, tous les indicateurs sont au rouge : les Québécois veulent du changement, sont très insatisfaits du gouvernement et le PLQ est actuellement à un creux historique dans les sondages. Et le dossier des salaires des médecins suscite la grogne et colle à la peau du « gouvernement des docteurs »,

C’est un constat qui semble partagé à l’intérieur du parti. Quand des ministres qui sont certains de garder leurs sièges, comme Jean-Marc Fournier et Stéphanie Vallée, choisissent de se retirer – malgré les bonnes raisons qu’ils invoquent – c’est aussi parce qu’ils n’ont nulle envie de siéger dans l’opposition.

Il y a des régions – celle de Québec, en particulier – où une vague caquiste pourrait presque tout emporter. Le même phénomène pourrait arriver dans la grande banlieue de Montréal, le « 450 », où des ministres bien implantés comme Pierre Moreau pourraient être en danger, pour peu que la CAQ augmente un peu ses appuis.

Pour le Parti québécois, qui a vu ou devrait compter sur une dizaine de départs parmi les 30 députés élus en 2014, la situation est tout aussi difficile: le « 450 », surtout sur la Rive Nord, a toujours été un terreau fertile pour les péquistes et semble en voie de changer de camp.

Et, en politique, il n’y a pas de signe plus clair d’un changement à l’horizon que des députés qui se dirigent vers la sortie parce qu’ils sont convaincus qu’ils vont perdre leur siège.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité