Retour

Elle perd sa citoyenneté à cause d'une loi désormais abrogée

Une Canadienne perd sa nationalité à cause d'une ancienne loi, alors qu'elle a toujours vécu au pays et a passé toute son enfance au Manitoba. Byrdie Funk a été très surprise de recevoir une lettre de révocation de sa citoyenneté.

La jeune femme est arrivée au pays à l'âge de 2 mois, lorsque sa famille a quitté le Mexique pour s'installer dans une communauté agricole du sud du Manitoba.

Mme Funk vit maintenant en Colombie-Britannique et explique que le Canada est le seul pays qu'elle a connu. Elle a chanté l'hymne national à l'école, elle s'est mariée sur les berges de la rivière Rouge à Winnipeg et a même porté des chandails sportifs avec l'insigne de la feuille d'érable.

Byrdie Funk fait partie des personnes dont la nationalité a été révoquée parce qu'elles n'ont pas postulé pour prolonger leur citoyenneté avant l'âge de 28 ans.

Cette règle, dictée par une ancienne loi, concerne les personnes nées à l'extérieur du pays de parents non canadiens entre le 15 février 1977 et le 16 avril 1981. La loi en question a été abrogée en 2009 par le gouvernement conservateur, mais le changement n'étant pas rétroactif, les personnes qui avaient déjà 28 ans à l'époque devaient toujours s'y plier.

Lindsay Wemp, une porte-parole de Citoyenneté et Immigration Canada, a écrit dans un courriel que le ministère de l'Immigration pouvait offrir une citoyenneté discrétionnaire au cas par cas si des circonstances extraordinaires s'appliquaient. Byrdie Funk dit avoir écrit au ministre John McCallum en juillet et qu'elle attend toujours une réponse de sa part.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine