Retour

La Vérif : le Québec a besoin de 1968 infirmières

Au Québec, le réseau de la santé a actuellement besoin de 1968 nouvelles infirmières. Pourtant, 1600 infirmières fraîchement diplômées ne travaillent toujours pas dans le domaine des soins infirmiers, que ce soit au public ou au privé. Malgré les besoins, 18 % de la relève n'est pas au rendez-vous.

Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux

En plus des 1600 diplômées qui ne travaillent pas dans le domaine, depuis quatre ans, les nouvelles infirmières qui intègrent le marché du travail sont de moins en moins nombreuses à occuper un poste à temps plein.

Voici les chiffres :

En 2013, 47 % des nouvelles infirmières ont décroché un poste à temps plein après l’obtention de leur diplôme, ce qui représente environ 1300 infirmières.

En 2016, 27 % des nouvelles recrues occupaient une charge à temps complet.

L’an dernier, 19 % des nouvelles recrues ont occupé un emploi à temps complet, soit à peine 535 personnes.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, donne l’exemple de la Cité de la Santé, à Laval, qui n’arrive pas à pourvoir la quarantaine de postes disponibles. Pourtant, à Laval, moins de 10 % des nouvelles infirmières occupent un poste à temps plein.

Selon la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), bon nombre de nouvelles infirmières refusent carrément les postes parce qu’en acceptant une charge à temps plein, elles ont l’obligation de faire des heures supplémentaires – ce qui n’est pas le cas des infirmières qui occupent des postes occasionnels ou à temps partiel.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) estime que la situation peut aussi s’expliquer par le fait que la formation de certaines diplômées ne correspond plus au type d’infirmières recherché.

Peu importe les raisons, une chose semble claire : depuis au moins deux ans, le Québec n’utilise pas le plein potentiel de la relève en soins infirmiers.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque